Venez combattre les yokaïs ravagés par la folie, ou au contraire serez vous avec eux pour dévorer les humains ?
 

Partagez | 
 

 Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Lun 19 Juil - 23:47

Le temps était à l'orage, il pleuvait des cordes, le tonnerre grondait comme si la fin du monde était proche. Dans la forêt, il n'y avait pas âme qui vive, même le plus téméraire des animaux sauvage était resté dans sa tanière aujourd'hui.

Et pourtant une ombre bougeait non loin...dans un premier temps on ne pourrait pas distinguer ce qui pourrait se cacher sous ce manteau épais. Cependant à sa démarche, on pouvait voir que cette personne luttait pour avancer...et cela n'était pas du à cause du vent que cette silhouette avait du mal à avancer.

De plus en plus la personne se rapproche et l'on peut commencer à distinguer ce qui se cache sous le manteau de couleur gris. Il s'agissait d'une jeune fille aux cheveux violets et aux yeux de même couleur. Serait-ce un enfant tabou? Non...la marque significative de son rang sur son front, indiquait qu'elle était une déesse. Dans son sang coulait du sang de Dieu et de déesse...même si la couleur de ses cheveux et de ses yeux laissaient prétendre le contraire.

Mais que faisait une déesse sur terre? Elle n'était pas là par hasard...Cette déesse s'appelait Sayuri. Fille d'un guerrier à la solde de l'Empereur et d'une déesse de la terre.
Sayuri était chez les mortels pour effectuer une mission bien particulière. Il ne s'agissait pas de prendre les sutras de Sanzo ou alors d'intervenir dans quoi que se soit concernant la résurrection du démon Gyumao. En réalité, sa mission était basée sur Gôku. Elle était liée à ce dernier depuis des siècles et des siècles déjà...Il avait été son ami d'enfance avec Nataku, tous trois n'avaient jamais été vraiment accepté par les adultes du Paradis et de ce fait, c'est ensemble qu'ils avaient grandis...jusqu'à ce tragique incident qui brisa l'amitié des trois enfants.

Depuis ce jour, Sayuri c'était promis de devenir puissante afin de pouvoir retrouver son ami, lui raviver la mémoire et l'emmener auprès de Nataku afin qu'il puisse reprendre connaissance.
Cependant cette mission n'était pas sans risque au contraire...beaucoup de personnes ne souhaitaient pas que Nataku revienne parmi les vivants.
A la minute ou Sayuri avait passé les portes du Paradis Céleste, on avait envoyé un assassin à ses trousses pour l'empêcher de réaliser ses dessins.
La jeune déesse venait de sortir d'un affrontement avec cet assassin en question...il l'avait blessé à l'abdomen mais Sayuri avait réussit à lui emporter un oeil. A présent borgne, il s'était replié pour panser ses plaies.

De son côté, Sayuri avait poursuivit sa route. Sa quête n'attendrait pas. Même blesser, la jeune déesse n'était pas du genre à abandonner facilement. Elle continuait donc à suivre les traces de Genjo Sanzo, espérant grâce à cela, atteindre la personne qui lui était précieuse.
Elle arrivait près d'une rivière agitée, cependant elle sentit la présence d'une personne. Il n'y en avait qu'une...c'était une chance pour elle! Mais était-ce un ami ou un ennemi? Sayuri qui était blessée, préférait se tenir sur ses gardes, se préparant à attaquer.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Mer 21 Juil - 0:07

S’il y avait bien un temps que Gokû détestait, c’était la neige. Euh, enfin, avant c’était la neige, maintenant c’était la pluie. Sûrement parce que c’était dans ces moments là que Sanzô était vraiment désagréable, tout ça parce que la pluie le foutait en rogne. Est-ce parce que son statut de soleil lui donnait mal à la tête en présence des larmes du ciel ? Allez savoir. Enfin, tout ce qu’il y a à retenir c’était que le singe savait que s’il essayait de faire quelque chose pour le blond, celui-ci allait le traiter comme un chien tout ça à cause de sa mauvaise humeur.

Sanzô n’était même pas malade, c’est juste qu’il n’aime pas la pluie. Cela n’empêchait pas au singe de s’inquiéter. Lui, il voulait que Sanzô brille, qu’il le traite de con de singe, qu’il lui donne des coups de baffeurs, mais pas qu’il soit de mauvaise humeur de cette manière là.
Oh douce pluie qui tombe sans trêve, quand daigneras-tu t’arrêter ? Laisse le soleil briller voyons, tu n’es qu’une égoïste ! Et voilà que l’orage se lève, grondant tel un ronronnement de moteur. Pourtant Hakuryu est en dragon…La foudre tombe, elle est jaune comme le soleil, mais ne brille pas, juste grille. Il n’y a qu’une lettre de changé, mais c’est là toute la différence.
Quoique, on peut aussi griller au soleil quand on y pense.

Gokû regardait par la fenêtre, priant des dieux qui ne l’aimaient plus, en silence, inconsciemment, afin que les gouttes cessent de tomber sur le sol maintenant humide et froid. Et encore, au lieu de tomber ne serait ce qu’un petit peu, elles chutaient contre le sol à une vitesse folle, et par milliards.

Les minutes passèrent, mais rien ne changeait, et le singe avait froid. Pourtant il ne neigeait pas, et la pluie était loin d’être silencieuse. Mais Gokû n’avait plus peur de la neige. Et il n’avait pas peur des gouttes d’eau tombant du ciel, il les détestait, c’est tout.
Quand il en eut assez, il se décida d’aller sortir dehors. Peut-être que s’il sortait, s’il oubliait, s’il bougeait, le temps passerait plus vite et la pluie s’arrêterait ? Prévenant les trois, s’inquiétant toujours pour Sanzô, il s’en alla dehors, et en à peine quelques secondes fut trempé. Seulement, il ne couina pas, ne poussa pas de cris. Son ventre se mit à gargouiller, et il se rendit compte qu’il avait faim, enfin c’était comme d’habitude quoi…

- J’aai faim…

Il savait que non loin du village où ils s’étaient posés, il y avait une forêt, et sûrement que dans cette forêt il y avait des fruits des bois. Gokû savait aussi qu’il y avait une rivière, et décida d’y aller, marchant, ou plutôt trottant, s’abritant le plus possible de la pluie.
Quand le singe arriva près de la rivière, il vu une étrange jeune femme. Celle-ci avait des cheveux violets, et comme elle était de dos, il ne la voyait pas complètement. Elle semblait avoir de longs cheveux, et se tenait le ventre ou quelque chose comme ça. Le ouistiti, naturellement curieux, s’approcha d’elle et lui tint ses quelques mots, sur un ton un peu surexcité, un peu gokutien quoi :

- Eh ? Ça va aller ? Tu es blessée ?

Si ça se trouve, des yokai l’avaient attrapé et elle s’était enfuie ? Dans ce cas, le singe pouvait l’aider vu qu’il adorait fracasser du yokai.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Mer 21 Juil - 0:40

La pluie c'était bien mais pas lorsqu'on était blessé, cela donnait froid, cela donnait l'impression que la douleur était lus vive, cela donnait l'impression qu'on allait mourir. C'était ce que ressentait la jeune déesse. Pourtant cela ne la décourageait pas, elle aurait put gravir des montagnes de feu à l'article de la mort, cela ne l'empêcherait pas de réaliser son souhait!

Tant de ferveur aurait pu être associé à de la bêtise pure et simple. Pourtant, Sayuri ne l'entendait pas de cet oreille. Etait-ce idiot de vouloir sauver la vie de l'être qu'on aimait plus que tout? Etait-ce idiot de ne pas vouloir rendre la mémoire à un être qui nous est tout aussi cher? La jeune déesse n'avait pas l'intention de se laisser écraser par le destin plus longtemps...la fatalité, très peu pour elle à présent.

Les Dieux s'obstinaient à dire que l'on ne pouvait pas lutter contre son destin mais le destin avait trop prit à Sayuri et aux deux autres. Il fallait que cela chance, que les boucs émissaires changent. Sayuri se sentait mal, elle avait perdu énormément de sang. Cela ne serait certainement pas mortel pour la demoiselle mais il fallait laisser le temps refermer sa plaie...d'autant plus que ce n'était pas un adversaire lambda qui lui avait fait cette entaille.

Alors qu'elle s'apprêtait à s'assoir quelques instants, une voix raisonna non loin d'elle. Dans un premier temps sur le "qui-vive", la belle se tourna alors pour faire face lorsqu'elle s'immobilisa. L'assassin qui la poursuivait aurait pu surgir de nul part et l'attaquer qu'elle n'aurait pas réagit.
Un coup de vent lui retira sa capuche, laissant apparaître son visage au grand jour.

Sayuri qui avait l'habitude d'être maître d'elle-même, ne savait plus ou donner de la tête. C'était bien Lui...la personne qu'elle cherchait depuis si longtemps était bien présente devant elle. Elle sentit son esprit vaciller...peut-être l'afflux d'émotions fortes mélangées à la douleur et la fatigues étaient responsable de cette réaction.


"Gokû..."

Murmura t'elle pour elle-même bien que la personne en question était suffisamment près pour l'entendre.
C'était bien Gokû...un peu plus grand, les cheveux coupés mais c'était bien lui!
Comment devait-elle réagir!? Sayuri ne c'était pas préparée à une confrontation si brutale! Elle n'avait envie que d'une seule chose, lui sauter dans les bras, comme elle le faisait lorsqu'elle était encore enfant. Cependant elle ne pouvait pas faire cela...Gokû ne se souvenait pas d'elle!


Pourtant inconsciemment, la déesse approcha sa main du visage du ouistiti mais se ravisa.

"Je...oui...un yokaï...j'ai réussi à le semer...c'est idiot, je sais qu'il ne faut pas s'aventurer seul par les temps qui courent."


Dit-elle avec un petit sourire navré. Ses jambes la soutenait à peine cependant elle ne voulait pas se montrer faible devant son ami d'enfance. Les grands yeux bleus de Sayuri brillaient d'émotion, on pourrait croire que la douleur la faisait presque pleurer mais en réalité c'était d'être si près de l'être qu'elle adorait sans pouvoir lui dire quoi que se soit qui était douloureux.

Alors l'image de l'assassin revint à la mémoire de Sayuri, elle saisit le singe par l'épaule et l'attira dans les hauteurs d'un arbre afin d'avoir un semblant d'abris.

"Le yokaï est peut-être encore là...il faut se cacher!"


Oh comme elle aurait voulut lui dire qui elle était...son coeur battait la chamade, Sayuri avait peur de ne pouvoir se contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Mer 21 Juil - 1:03

Gokû se rendit bien compte que la réaction de la jeune fille était quelque peu étrange, en effet, celle-ci sembla être des plus surprises lorsqu’elle aperçu la personne qui venait de lui parler. Bon en même temps c’était un peu normal, sûrement avait-elle cru que c’était un yokai ou quelque chose dans le même genre, et cela l’avait étonné de voir que non, que ce n’était qu’un garçon aux cheveux bruns, à l’estomac grondant, et aux cheveux à présent trempés. Mais il y avait quelque chose qui n’allait pas, sa surprise était différente de celle que j’ai décrit plus haut. Et même si le singe le sentait, il n’aurait su dire pourquoi elle était ainsi.

Il la regarda, vu que ses yeux étaient de la même couleur que ses cheveux, donc de la même couleur que les yeux de Sanzô. Violets quoi. Elle avait une espèce de rond avec des traits en plein milieu du front, un peu comme le blond qui était encore dans l’auberge entrain de maudire la pluie. Si Gokû avait su nommer cette chose, il l’aurait appelé chakra, mais pour le singe, ce n’était ni plus ni moins qu’un point bizarre. Le ouistiti savait que peu de gens avaient ce point rouge sur le front, que ces rares personnes étaient des dieux ou des gens proches de dieux, quelque chose comme ça. Sûrement qu’un jour il l’avait apprit, que c’était rentré par une oreille, et que c’était déjà entrain de ressortir par l’autre. Décidemment, il n’y avait que les noms des aliments qui l’intéressaient. Quoique ? Gokû était bien plus malin qu’on ne le pensait après tout.

Il entendit un murmure, mais n’en comprit pas le sens, il cru entendre son nom, mais se dit que ça ne pouvait pas être ça parce que c’était la première fois qu’il voyait cette jeune fille. Elle sembla mettre du temps à parler, comme si la présence, ou même juste l’apparition du ouistiti avait tout chamboulé chez elle. Il la vu même approcher sa main près de lui, et se demanda ce qu’elle faisait. Décidemment, Gokû était tombé sur quelqu’un de bien bizarre.

"Je...oui...un yokaï...j'ai réussi à le semer...c'est idiot, je sais qu'il ne faut pas s'aventurer seul par les temps qui courent."

Ah, alors c’était vraiment un yokai qui l’avait attaqué. Si le singe aurait été là plutôt, il en aurait fait de la bouillie d’oreilles pointues à tatouage étrange, grâce à nyoibo, et l’inconnue n’aurait pas été blessée. En plus, il se serait bien amusé.
Mais il y a encore quelques minutes, il était à l’auberge, à regarder la pluie et à s’ennuyer.
La personne en face de lui semblait vraiment déstabilisée, et il se demanda si ce n’était pas à cause de la peur. Elle paraissait vraiment souffrir, et Gokû était prêt à l’emmener voir quelqu’un pour la soigner, parce qu’elle n’allait vraiment pas bien. Seulement, il n’eut rien pu dire, ni faire, car voilà que la jeune fille aux cheveux violets attrapa son épaule, et l’emmena sous un arbre.

"Le yokaï est peut-être encore là...il faut se cacher!"

Se cacher ? Pourquoi fallait-il se cacher ? Si c’était un yokai, il suffisait qu’il appelle son bâton, qu’il tape un bon coup sur la tête de cet imbécile et qui le finisse, et c’était réglé, il n’y avait plus aucun problèmes. C’est d’ailleurs ce que Gokû s’empressa de dire :

- S’il est seul, je n’ai qu’à le tuer, et puis voilà !

Son sourire de celui qui aimait se battre, illumina son petit visage si adorable. Décidemment, le singe n’avait peur de rien, et c’était tant mieux. Pendant que la foudre tombait plus loin, le ventre de Gokû sembla rappeler au singe qu’il existait, et poussa de nouveau un petit grondement.

- Aaah ! J’ai faim !
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Jeu 22 Juil - 15:10

Cela faisait tellement longtemps...la réaction de Sayuri n'avait pas été contrôlé lorsque cette dernière était tombée nez à nez avec son ami...D'ailleurs ce dernier semblait avoir complètement oublié la déesse, ce qui confirmait ce qui avait été dit lors de l'emprisonnement de Gokû sous le Mont Gogyô.

Soyez tous maudis avait pensé la belle...elle maudissait le monde Céleste, une bande de tirants masqués par des masques souriant, prônant la liberté et l'égalité. Mais ce n'était qu'une utopie destinée à camoufler un monde gangréné!

La jeune femme était intérieurement triste de constater que Gokû ne la reconnaissait pas. Pourtant elle savait pertinemment que lorsqu'elle le reverrait tout serait différent mais au fond d'elle, Sayuri avait espéré.

Le singe n'avait pas protesté lorsque la déesse l'avait emmené sous l'arbre pour se cacher. D'ordinaire, la fuite n'était pas vraiment son genre cependant, elle était blessée et surtout, elle ne savait pas si elle devait se présenter à Gokû en temps que déesse ou alors en temps que simple jeune fille priant les Dieux dans un quelconque temple.


- S’il est seul, je n’ai qu’à le tuer, et puis voilà !

Sayuri ne put s'empêcher de rire sous cape...le caractère combatif du jeune homme n'avait pas changé! Gokû lui avait apprit tout comme Nataku à se battre et à devenir au file des temps une guerrière redoutable. C'était un de leur petit rituel lorsqu'ils étaient enfants...s'amuser à se battre pour faire comme les grands.

- Aaah ! J’ai faim !

A ces mots, le visage crispé de Sayuri se détendit pour laisser ses lèvres rose pâle s'arquer progressivement d'un sourire. Puis un rire s'échappa de ses lèvres entrouverte. Ce n'était...absolument pas contrôlé. Dans le fond, il n'avait pas changé, il était toujours cet estomac sur patte qu'elle adorait. Enfant, elle préparait beaucoup de choses à manger pour essayer de rassasier le gouffre qu'il était. Elle adorait faire de petites boules de mie de pain avec de la viande dedans...il adorait cela. Du coup, maintenant cet aliment faisait partie intégrante de ses repas...et ce, depuis des centaines d'années.

Gokû devait se demander pourquoi Sayuri riait presque à en pleurer. Cette phrase n'était vraiment rien mais elle faisait remonter tellement de choses en elle...
Puis elle fouilla dans sa besace et en sortie quelques pains fourrés à la viande.


"Tiens...j'ai que ça mais je pense que sa ne suffira pas mais bon..."

La déesse tendit alors les quelques réserves qui lui restait.
Puis en le voyant comme ça, si innocent...Sayuri ne put s'empêcher de faire quelques révélations.


"En fait...Ce n'est pas tout à fait un Yokaï qui me poursuivait...tout aussi mauvais mais pas un yôkaï."

Soudain la jeune femme sentit l'aura du Dieu qui avait été envoyé par l'Empereur en personne pour la tuer.
Pourquoi maintenant? Alors qu'elle passait un petit moment avec celui qu'elle cherchait! C'était trop injuste.


"Gokû! Tu dois partir! Vite!"

Il ne fallait pas qu'il soit blessé! Dans l'affolement, la jeune femme avait prononcé très clairement le prénom du jeune homme.
C'est alors qu'une voix sortie de nul part s'éleva dans les airs.


"Sayuri...petite garce, je te sens...ne crois pas que tu pourra défendre cet espèce d'aberration...je vous tuerais tous les deux et le problème sera réglé!"

"Part Gokû s'il te plait! Il est trop puissant pour toi, je vais le retenir!"


Sayuri pouvait rivaliser avec cet assassin divin, même blessée...mais pour Gokû...malgré sa puissance actuelle, ne pourra pas en venir à bout. La déesse était prête à se battre maintenant..
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Ven 23 Juil - 0:30

Retrouver la mémoire. Revoir tout son passé. La mort de cet être qui lui était si cher. Le sang, la souffrance. Se rappeler de Ritôten. Se rappeler de ces gens qui l’ont fait souffrir. Qu’il a tué aussi. Mais l’a-t-il vraiment fait exprès ? Pas vraiment. Il était juste…Incontrôlable.
Et il ne se souvenait plus de rien. Dans un sens, n’était ce pas mieux ? Le poids de sa souffrance était moins lourd que s’il se souvenait de tout.
Il se rappelait juste de ces cinq siècles passé à être enfermé sur le Mont Gogyô. S’il se remémorait même ce qui c’est passé avant, comment allait-il être ?

C’était mieux qu’il ne se souvienne de rien. La personne qui lui avait scellé la mémoire, avait eut tout à fait raison dans un sens. Et dans un autre sens, elle avait eut tort. Parce qu’il y avait de nombreuses choses qui était importantes à savoir, comme une certaine promesse qu’il tenait encore maintenant sans le savoir. Mais passons. La jeune fille inconnue semblait sourire, à la remarque de Gokû. C’était mieux que de se prendre un coup de baffeur.

Et puis, elle souriait. Alors c’était bien. Parce qu’elle semblait vraiment aller mal. Et même, elle se mit à rire, ce qui fit plaisir au singe. Il se sentait un peu content de lui, mais n'aurait pas su expliquer cette sensation. Elle sembla sortir à manger, et cela fit beaucoup plaisir au ouistiti, qui décidément adorait manger. Bref, le voilà qui prend la nourriture en remerciant comme il se doit la jeune femme aux cheveux violets, et qui commence à manger tranquillement, pendant que l’inconnue se remet à parler. Il l’a laisse faire, après tout, Hakkai lui a toujours dit de ne pas parler la bouche pleine.

"En fait...Ce n'est pas tout à fait un Yokaï qui me poursuivait...tout aussi mauvais mais pas un yôkaï."

Si ce n’était pas tout à fait un yokai, mais tout aussi mauvais, qu’est ce que ça devait être ? Un gobelin ? Non ça n’existait pas à Togenkyo…Un humain méchant ? Peut-être. Un mec comme Gojyo – je ne parle pas de Gojyo à proprement parler, mais bien de sa « race » -. ? Bref, Gokû se posait pas mal de question. Mais n’eut jamais eut le temps de réfléchir ne serait-ce qu’un petit peu aux réponses, ou même à ce qu’il allait manger ce soir, car voilà que la jeune fille aux cheveux violets s’écria :

"Gokû! Tu dois partir! Vite!"

Comment connaissait-elle son nom ? Il ne lui avait jamais dit, il ne l’avait jamais vu, il ne savait pas qui elle était. Mais elle, elle connaissait son nom. Il savait que les quatre étaient pas mal connu d’est en ouest, mais que les gens savaient surtout qu’il y avait un Sanzô dans le groupe, pas qu’il y avait un garçon nommé Son Gokû. C’était vraiment bizarre quoi. Et le singe ne bougea pas. Il ne parti pas. Il resta là, plein de nourriture dans la bouche. Et entendit bien évidemment la voix d’un inconnu, de ce pas tout à fait yokai mais aussi méchant. Et peut-être aussi stupide, qui sait.

"Sayuri...petite garce, je te sens...ne crois pas que tu pourra défendre cet espèce d'aberration...je vous tuerais tous les deux et le problème sera réglé!"
"Part Gokû s'il te plait! Il est trop puissant pour toi, je vais le retenir!"

Il ne comprenait rien. Il ne savait même pas de qui l’autre voulait parler. La pluie tombait, les gouttes pleuraient, Sanzô grognait –sûrement- et lui, il était perdu. Cette fille connaissait son nom, et l’homme qui l’a poursuivait parlait d’aberration ou de quelque chose dans ce genre là, et elle semblait vouloir le protéger, et le traqueur parlait qu’elle protégeait quelqu’un. Tout était confondu dans sa tête, perdu, tout bizarre quoi.

Et la pluie qui ne s’arrêtait pas, qui recouvrait ce soleil.
Que Gokû connaissait avant même d’avoir son nom.
D'ailleurs, ce soleil qui brillait, lui avait donné le prénom que cette fille connaissait.
Mais ça, il ne s’en rappelait pas. Il ne s’en souvenait plus, et il était perdu. Il semblait la connaître, mais il ne savait pas qui elle était. Et tout était emmêlé, sans que les aiguilles du ciel ne cessent de tomber, de chuter, de mouiller la terre et tout ce qui se trouve dessus. Et les seuls mots que Gokû su prononcer à ce moment là furent :

- Pourquoi ?

Il avait dit qu’il le battrait non ? Il avait dit qu’il le tuerait non ? Que ce soit un yokai ou pas. Parce qu’il aimait se battre. Et parce que son sourire victorieux était vraiment des plus beaux. Sûrement pour ça que Gokû appela Nyoibo, et qu’il se mit en face de l’adversaire. Encore un qui avait un point en plein milieu du front, et qui en plus avait un drôle de chignon.

- Viens te battre si t’en es capable !

Et sans prévenir son adversaire, il fit grandir son bâton, et lui donna un bon coup dans le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Mer 28 Juil - 2:14

Si Gokû ne se souvenait pas de son passé, il en était différent pour la jeune déesse qui s'étaient retrouvées aux premières loges. Dans un accès de folie, Gokû avait perdu le contrôle de lui-même et qu'il s'était transformé en un monstre assoiffé de sang. Ce Gokû là, lui avait laissé une cicatrice indélébile sur son abdomen. Il avait faillit arracher les entrailles de Sayuri. Elle mit plusieurs mois à s'en remettre. Mais même si le jeune homme avait fait cela, Sayuri ne pouvait en vouloir à Gokû, elle ne voulait tout simplement pas lui en vouloir! Elle en était incapable! Il était son ami!

Le pauvre Gokû...il devait être un peu perdu avec tout ce qui lui racontait la jeune femme. Cependant elle était un peu maladroite dans sa façon d'expliquer les choses. La communication verbale n'avait jamais vraiment été son fort. Autrefois timide et introvertie, maintenant froide et distante...il y avait mieux comme interlocuteur.

La situation n'était plus à la parlote! Le jeune homme devait partir maintenant. Le Dieu qui était à leur trousse n'était pas un incapable -pour une fois-. Il était un assassin très doué dont seul l'Empereur connaissait l'existence. Cependant, à force de fuite, Sayuri avait apprit à cerner le personnage qu'il était: Chuuey, démon plutôt que Dieu...il tuait toujours dans l'ombre, par derrière, en traitre. Bref tous les moyens étaient bons pour faire tomber l'ennemi. C'était un sadique, pervers et cruel. Plus rapide que le vent.


- Pourquoi ?

Répondit Gokû, au plus grand damne de son ancienne amie. Rhalala...lorsqu'il s'agissait de baston, le petit singe était toujours de la partie. Pourtant Sayuri n'avait pas envie de rire...Gokû devait être protégé...même si elle s'imaginait bien que le singe refuserait catégoriquement cette idée.


"...C'est un Dieu Gokû...un assassin à la solde de l'Empereur..."


Gokû sorti alors son bâton qui atteignit le dieu en plein abdomen. Sous le choc, Chuuey tomba sur le sol. Sayuri voulut s'approcher quand le corps atteint se transforma en poussière, obligeant la déesse à se mettre en garde près de Gokû...ce n'était qu'une illusion.

"He bien he bien...on dirait que l'aberration n'est pas vraiment à la hauteur de mes attentes. Mais assez parlé Saiyuri...petite Sayuri...faible Sayuri...combien de temps crois-tu être capable de tenir avec la blessure que je t'ai faite hum? Je vais prendre mon temps pour tuer ton ami...pour que la douleur sois la plus insoutenable pour toi."

La voix machiavélique de l'assassin s'élevait d'entre les arbres. Sayuri dégaina alors son épée chinoise, bien résolut à en découdre avec cet avorton!
Chuuey s'élança alors sur Gokû pour lui ôter la vie mais Sayuri s'interposa entre les deux hommes. Chacun de ses mouvements était un supplice mais elle devait tenir bon!


La haine habitait le corps de la déesse, elle repoussa alors son assaillant, cherchant à lui trancher la gorge.


"Inutile jeune Sayuri, inutile, tu ne peux pas me vaincre. Mais au fait abérration, tu as du certainement te demander pourquoi est-ce que cette fille te connaissais?"


Le sang de Sayuri ne fit qu'un tour, elle s'élança alors de nouveau sur le petit singe. L'épuisement de Sayuri était palpable, le sang continuait à couler de sa plaie, elle finirait complètement exsangue dans quelques heures si elle continuait. Mais elle voulait clouer le bec à ce type qui allait finir par tout raconter à Gokû.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Mer 28 Juil - 17:20

"...C'est un Dieu Gokû...un assassin à la solde de l'Empereur..."

Un Dieu. Gokû savait que les dieux existaient peut-être, parce que quand il volait les pêches sur le pécher sacré de la déesse Kanzéon, les moines ne cessaient de beugler que c’était un sacrilège pour cette dites déesse. Mais il n’aurait jamais pensé un jour en rencontrer un. Il ne se souvenait plus le pourquoi du comment, il avait été enfermé sur le mont Gogyô. Non, il ignorait qu’il avait été banni du paradis.
En tout cas, en voyant l’autre tomber par terre, cela le fit sourire joyeusement, et oui, il allait gagner ! Victoire ! Enfin, il ne fallait pas parler trop vite, car voilà que le corps ne fut plus que poussière. C’était quoi ce délire ?! Pourquoi avait-il disparu et qu’il parlait encore ?!

"He bien he bien...on dirait que l'aberration n'est pas vraiment à la hauteur de mes attentes. »

Il parlait d’aberration, encore et encore. Et là, la seule personne dont il pouvait parler, en l’appelant ainsi, c’était Gokû. Mais il ne se souvenait plus de la signification de ses yeux dorés, il ne se souvenait plus d’avoir un jour dit à nataku que c’était des yeux de mauvaises augures. Il ne se souvenait même plus que son ami lui ait répondu que c’était cool. Non, il ne se souvenait plus de ça, et ne comprenait pas pourquoi, l’autre l’appelait aberration. Il avait apprit – sûrement par hakkai – que aberration signifiait erreur de la nature, une chose qui n’aurait jamais du exister.

«Mais assez parlé Saiyuri...petite Sayuri...faible Sayuri...combien de temps crois-tu être capable de tenir avec la blessure que je t'ai faite hum? Je vais prendre mon temps pour tuer ton ami...pour que la douleur sois la plus insoutenable pour toi."

Ce type énervait de plus en plus le petit singe qui serrait le poing. Il allait lui faire manger le sol, le torpiller de coups de nyoibo, et il allait vite comprendre sa douleur. De quel droit pouvait-il parler ainsi de la jeune fille ?! Et puis, s’il croyait qu’il allait le tuer comme ça, il se foutait le doigt là ou vous voulez tellement profondément que ça ferait un grand trou ! Gokû leva la tête, voyant que l’autre était dans l’arbre, et quand il se mit à sauter sur lui, le singe se préparait à se défendre, mais l’inconnue apparemment dénommée Sayuri le protégea. Alors qu’elle était blessée.

- Ah !

Il était inquiet, et surtout un peu énervé. Il avait envie de se battre, vraiment quoi. Et puis, il y avait aussi ce sentiment de…De…Il ne saurait pas expliquer quoi. Comme s’il avait déjà vu quelque part. Comme s’il avait oublié quelque chose qu’il ne devait pas oublier. Ça le rendait nostalgique, et il ne parvenait pas à comprendre pourquoi. Comme la fois où Homura l’avait enchainé et demander s’il n’en souffrait pas d’avoir perdu sa force et sa mémoire. Quelque chose. Quelqu’un…. Qui ? quoi ? Quand ? Comment ? Où ? Il ne savait pas. Et l’autre, celui qui voulait les tuer sembla continuer de raconter sa vie :

"Inutile jeune Sayuri, inutile, tu ne peux pas me vaincre. Mais au fait abérration, tu as du certainement te demander pourquoi est-ce que cette fille te connaissais?"

Gokû savait que l’autre lui parlait, et il savait qu’il avait raison. C’est vrai, comment cette inconnue qu’il n’avait jamais vue pouvait le connaître ? Et comment l’autre le connaissait aussi ? Pourquoi il ne se souvenait de rien ? Pourquoi ? Il eut l’impression de voir quelqu’un, avec un chignon, avec des yeux de la même couleur que lui, avec un sourire, et un costume des plus étranges mais quelque chose l’empêcha de se souvenir. Comme toujours, et sa pauvre petite tête lui fit mal. Il ne devait pas insister.

Et voilà que la dénommée Sayuri fonça sur l’autre, qui paraissait si puissant. Gokû l’arrêta au bon moment, avant qu’il lui arrive quelque chose, et donna un coup de pied dans la tête de l’autre abruti qui ne cessait de jacasser. Savoir pourquoi cette fille le connaissait ? Il s’en foutait. On ne blessait pas les gens injustement, et on ne disait pas d’eux qu’ils étaient inutiles, point final !

- Je m’en fiche de savoir pourquoi elle me connaît !

Puis, il se retourna vers la jeune fille aux cheveux violets :

- Reste derrière, tu es blessée !
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Mer 28 Juil - 23:32

La situation n'était plus sous le contrôle de Sayuri, et pourtant Dieu savait comme elle aimait rester maître de ce qui l'entourait. Perdre le contrôle c'était pour elle comme, rater une respiration, c'était saboter une partie de sa vie. Elle avait tellement eut d'angoisses suite à ce qu'il c'était passé avec Nataku et Gokû qu'elle s'était jurée de ne plus jamais perdre la situation.

Alors elle ferma les yeux quelques secondes, afin de pouvoir se recentrer sur elle-même. Il ne fallait pas céder à la panique, il ne fallait surtout pas laisser Chuuey prendre le contrôle de la situation, prendre l'avantage psychologique. La déesse s'était laissée dominer à cause de sa proximité avec le petit singe. Mais il fallait résoudre les problèmes les uns après les autres. Gokû connaîtra la vérité à un moment ou à un autre...mais pour le moment il fallait se débarrasser de cet élément gênant.


- Je m’en fiche de savoir pourquoi elle me connaît !

Gokû s'énervait...Sayuri le sentait. Il voulait se battre, cela se voyait à la détermination qui se lisait au fond de ses prunelles dorées. La jeune femme n'avait jamais put empêcher Gokû de se battre lorsqu'il le souhaitait vraiment. Mais la situation était un peu différente...il s'agissait d'un Dieu qui n'était pas le moins puissant. La belle ne doutait pas de la puissance du jeune homme mais Chuuey était capable de le blesser grandement.

Sayuri recula alors un peu afin de laisser le champ libre a Gokû, mais si ce dernier rencontrait des difficultés, elle se jèterait elle aussi au coeur de la bataille.

L'assassin venait de recevoir un coup de pied en plein visage par Gokû, il n'était pas content, mais alors pas content du tout. Il n'avait plus ce sourire en coin, il ne jacassait plus. Son regard était devenu glacial...cela n'envisageait rien de bon. Sayuri sentait que le niveau avait augmenté...il n'était plus là pour jouer mais pour tuer.

Chuuey était un assassin de l'ombre, il utilisait des techniques de traitres. En un battement de cil, l'assassin avait disparut. Une salve de poignards tomba sur le petit singe. Puis a un autre endroit, Chuuey semblait être partout à la fois. Gokû ne pourrait pas tous les esquiver.


"Gokû attention!"

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   Jeu 29 Juil - 0:40

Sûrement que vu la force de l’adversaire un petit coup dans la tête ce n’était pas grand-chose pour lui, seulement, il sembla se mettre en colère, et cela fit sourire gokû, comme si ça l’amusait. Il savait que l’autre allait riposter, et qu’une bagarre allait s’en suivre, alors c’était vraiment amusant. Tellement trop amusant… Mais il gardait quand même mémoire la manière dont il traitait les deux, et puis, d’abord, c’est lui qui avait commencé à les attaquer, qu’il ne vienne pas se plaindre parce que le singe lui ait fait trop mal. Alors que le singe s’apprêtait à lui donner un autre coup tout aussi fort, il disparu. Ben, tiens où est ce qu’il était ? Le petit ouistiti regarda partout, puis il entendu la voix de la jeune fille

"Gokû attention!"

Il releva la tête, et vu – trop tard – les couteaux qui tombaient sur lui. Le singe tenta bien évidemment de les esquiver, et par chance, ne s’en prit qu’un ou deux. Non plus précisément, deux seulement. Un dans l’épaule, et un dans le bras. S’il revenait comme ça chez les trois, il savait qu’il y en aurait un qui s’inquiéterait. Ce pourquoi, il fallait qu’il batte l’autre mec qui était apparemment un Dieu. Gokû n’enleva pas les couteaux, vacilla un peu, beaucoup même, et s’adressa à l’autre en haut :

- EEEH C’EST DE LA TRICHE !

Et oui, c’est une réaction digne d’un gamin, je sais, mais ce n’est absolument pas de ma faute si le personnage est comme ça. Allez dire ça à son créateur. Bref. Gokû fit s’agrandir Nyoibo pour qu’il touche l’autre idiot dans les airs, l’autre, nommons le Choucroute parce que le singe ignore son nom, et choucroute c’est de la nourriture…Quoique ça deviens un sacrilège alors….Bon bref, nommons le Tronchedecake, évita de justesse le coup du bâton, et lança un dernier couteau vers le petit singe tout mignon et tout adorable qu’était Gokû. Celui-ci l’évita, de justesse aussi, bien que son bras et son épaule n’était plus trop d’accord qu’il fasse un quelconque mouvement avec.

- T’es même pas capable de te battre à la loyale ! T’es pas drôle !

Ah bon, parce qu'en plus il faut que ça soit drôle ?!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque le passé rattrape le présent. [PV Gôku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ?
» « Lorsque ton passé t’appelle, ne réponds pas, il n’a rien de nouveau à te dire »
» Lorsque le passé resurgit ? Alexandra
» « La nostalgie refait surface quand le présent n'est pas à la hauteur du passé. » [PV Rêve de Lotus.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saiyuki RPG :: The Tea Time... :: Vieux RPs-