Venez combattre les yokaïs ravagés par la folie, ou au contraire serez vous avec eux pour dévorer les humains ?
 

Partagez | 
 

 Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Dim 10 Jan - 19:40

Le pauvre Gokû qui croyait qu’une secte se mangeait, enfin pardon, qu’une sekete se mangeait, après avoir dit sa bêtise, avait vu une balle venant du pistolet de Sanzô le frôler. Un peu plus et ça le touchait, ainsi effrayé, entendant le blond dire qu’une secte ça ne se mangeait pas, il entendit son cœur reprendre un battement normal, après avoir tout de même failli avoir cru mourir, ou juste avoir failli se prendre une balle dans la tête. Ce n’était pas de sa faute si sa mémoire était celle d’un poisson rouge, et son Q.I celle d’une huitre. Et goinfre comme il était, il serait sûrement capable d’essayer de manger son cerveau s’il le savait. Enfin, ils se mirent en route, chercher Gojyo qui n’était toujours pas là depuis une semaine et demi, et devait sûrement inquiéter fort beaucoup Hakkai.

Et ainsi voilà quelques minutes que les trois, Genjô Sanzô le moine pas si moine que ça, Son Gokû, le singe débile et goinfre et Cho Hakkai, le tout gentil mais pas autant qu’il en à l’air étaient partis chercher l’imbécile de kappa qui passait son temps à draguer, jouer et boire.
Pour le singe, le but final, était surtout d’obtenir le yakisoba promit par son « professeur ». Tant pis pour les kanjis de la pêche, et du reste des mots de la liste. Le yakisoba gratuit avant. C’était sur cette pensée qu’il c’était dépêché de sortir du temple, tout content à l’idée d’être une nouvelle fois récompensé par la nourriture. Manger, manger. Goinfre. Marchant joyeusement, souriant gaiement, oubliant les éventuels coups de baffeurs ou de pire, d’un coup de révolver tueurs de monstre.

Bien sûr, avant, la troupe passa chez le buraliste parce que le pauvre petit moine dépravé était en manque de ses très chères cigarettes. Gokû ne comprenait pas comment on pouvait acheter un paquet de petits papiers blancs au lieu d’acheter plein de nourriture super bonne qu’on ne recrache pas, qu’on avale, qu’on savoure quoi, et qu’on n’écrase surtout pas par terre. Enfin, chacun ses gouts, même si franchement, le singe préférait la nourriture que la fumée insupportable de la cigarette.

Maintenant, le petit groupe se déplaçait vers un bar. Quelconque, mais peut-être fréquenté par le kappa qui de toutes façon devait faire la tournée de tous les bars du pays pour rester introuvable. Ils n’allaient tout de même pas commencer par les endroits les plus torrides et les plus chauds…Enfin bref les plus choquants pour le jeune singe qui ne savait même pas comment s’écrivait « momo ». Et qui sûrement ignorait même comment on faisait pour avoir des enfants. Mais, quand on est né de la roche, et qu’on a pas de parents, on ne les as jamais surpris en flagrant délit entrain de monter au septième ciel. Ainsi, Gokû rentra le premier, en poussant déjà une bonne gueulante, histoire de bien se faire remarquer par toute la populasse du bar qui sûrement contenait des abrutis, des alcoolos, des types dangereux, ou juste des gens cherchant du repos


- Eeeh le kappa pervers t’es làààààà ?

Et s’il n’était pas là, il ne restait plus qu’à partir.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Lun 11 Jan - 13:01

En quittant le temple de Chohân, Sanzô se disait que c’était bien dommage que les moines bouddhistes étaient déjà tous chauves, sinon il leur aurait coupé les cheveux tellement ils servaient à rien, à part médire sur les gens ils ne savaient rien faire d’autres.
Au buraliste, le bonze refit le plein de paquets. Bien sûr, bien sûr, certains diront que c’était mauvais pour la santé, mais ce qui était mauvais pour la santé de Sanzô surtout c’était de trainer avec des idiots, et de chercher celui qui manquait.

Donc Hakkai, Gokû et lui-même se dirigeaient vers des lieux peu recommandables aux mineurs, enfin pour l’instant le groupe se contentait d’un bar.


*Espérons qu’on le trouve dans ce genre d’endroits, parce que s’il faut aller dans pire, je ne sais pas comment va se tenir le singe*

Evidemment quand on traine avec un babouin qui croit qu’une secte se mange, on n’est pas rassuré sur le fait de l’emmener dans des endroits où régnait la perversité. Sanzô ne savait pas comment pouvait réagir Gokû, et en fait même s’il le montrait pas ça l’inquiétait un peu. Pas parce qu’il avait peur pour l’innocence et la naïveté du singe, juste parce que le ouistiti allait sûrement foutre le bordel et que c’était sur le bonze que ça allait retomber.
Quoi que… Vu qu’Hakkai était là, on pouvait espérer que finalement toute la responsabilité lui revienne. Pratique.

Bref, ils arrivèrent devant un bar quelconque, où semblait couler l’alcool.


*Un endroit idéal pour Gojyo donc*

Sanzô aurait voulu qu’on reste discret, qu’on entre, qu’on fouille, puis qu’on reparte. Mais bien sûr Gokû en avait décidé autrement, passant devant tout le monde il franchit la porte du bar et se mit à gueuler :

- Eeeh le kappa pervers t’es làààààà ?

Les veines du visage de Sanzô se gonflèrent, et il sortit immédiatement son baffeur pour assommer le singe avec :

- Tu vas nous faire remarquer idiot de babouin

En même temps, même s’il restait quelques gens qui ne s’étaient pas retourner après la gueulante de Gokû, tout le monde les regardait après celle de Sanzô se demandant qui étaient ses fous qui était déjà saoul avant même de boire.

*Qu’est ce qui m’a pris d’accepter de rechercher Gojyo moi ? Ca commence déjà mal*

- Bon Gojyo n’a pas l’air d’être ici, cassons-nous.

Et le bonze entama son demi-tour.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Lun 11 Jan - 13:47

- Tu vas nous faire remarquer, idiot de babouin !

Hakkaï aurait pu faire remarquer à Sanzô que même si Gokû n'avait rien dit, un bonze et un enfant entrant de concert dans un bar mal réputé ne pouvaient qu'attirer l'attention, mais il s'en garda bien car Sanzô avait encore son harisen à la main, et si le jeune homme ne risquait à priori pas grand-chose de l'éventail en papier, il avait un peu pitié du petit singe, qui se frottait douloureusement la tête.

De fait, à présent tout le peuple du bar les regardait avec des yeux ronds. Le jeune professeur sourit d'un air contrit et releva le bras pour se gratter l'arrière de la tête, une drôle d'habitude pour aborder les situations gênantes. Pour fouiller ce bar-là, c'était mort. Il faudrait revenir plus tard, beaucoup plus tard, quand la faune qui l'occupait actuellement aurait changé, ou se serait effondrée ivre morte.


- Bon Gojyo n’a pas l’air d’être ici, cassons-nous.

Bien qu'il ne soit d'accord qu'avec la seconde assertion, Hakkaï amorça le demi-tour en même temps que Sanzô et après un temps reccord, ils étaient à nouveau dans la rue, à quelques pas de l'entrée du bar.

Le jeune homme brun soupira. Ils étaient peut-être sortis du bar, mais pas de l'auberge. Enfin, il voulait dire qu'ils n'étaient pas tirés d'affaire. Ce n'était pas avec les méthodes de Gokû qu'ils allaient retrouver Gojyô, il aurait pu parier là-dessus (et avec sa chance insolente, il était d'autant plus certain de gagner.) Il se tourna ver le singe et lui attrapa les épaules avec un grand soupir.


- Gokû, pour retrouver Gojyô, ce serait mieux si on essayait d'être un peu discrets. En évitant de hurler en entrant, par exemple. En évitant de hurler tout court, même.

Et avant de laisser au ouistiti le temps de répondre, il indiqua au hasard un autre bar, un peu plus loin dans la rue, et demanda à Sanzô :

- On tente celui-là ?

Après tout, s'il avait tant de chance au jeu que ça, il n'avait qu'à parier sur un établissement, non ? On pouvait toujours essayer, même si la bonne fortune de Hakkaï serait sans doute contrariée par la poisse relative dans laquelle Gojyô se trouvait parfois empêtré. Heureusement, le jeune professeur était très joueur. Et très veinard.

Comme on dit, malheureux en amour...



[HRP : il en est où, d'ailleurs, notre futur Gojyô ?]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Mar 12 Jan - 9:20

[HJ : POKEMON ATTRAPEZ LES TOUUUUUUUUS :D. Aaah, ordi, très cher ordi du foyer, je t'aime.... *câline l'ordi heureuse de répondre*]

A peine avait-il poussé sa petite gueulante, que Gokû c'était tout de suite prit un coup de baffeur. C'était vraaaaiment injuste. Pour une fois qu'il aidait à quelque chose. Il pensait, lui que, hurler, ça servirait à faire venir l'autre imbécile de kappa qui avait disparu on ne sait pourquoi avec un cani de veau ou avec une sekete qui ne se mangeait apparemment pas. D'ailleurs qu'est ce que c'était un cani ? Le coeur du veau ? Mais bon. Gokû se frottait douloureusement la tête, aie, aie, aie. Décidemment, les bosses de son crâne ne s'estemperont jamais si Sanzô continuait à le frapper ainsi. Peut-être était ce pour ça que le singe avait des piques sur la tête, pour cacher les nombreux coups et bosses que le moine lui donnait. Il devrait appeler la SPA, ou les enfants battus, même si à Togenkyo ça ne devait pas exister. enfin, quand Sanzô annonça que gojyo n'était pas là, il le suivit dans son demi-tour, tentant de ne pas faire une chute maloncontreuse en s'emmêlant les pieds, on ne sait jamais, avec le ouistiti maladroit et au cerveau de la taille d'un pois-chiche, tout pouvait arriver.

Mais le yakisoba attendait, se pressait, et si les trois ne se dépêchaient pas de trouver le tabou tabou qui sûrement devait plus être attiré par les femmes que par le chocolat, Gokû allait mourir de faim avant même que le moine n'ait eut le temps de le tuer. enfin, quand ils sortèrent du bar, son professeur adoré dont il adorait les cours - et les récompenses - l'attrapa par les épaules et tenta de lui faire comprendre que pour retrouver Gojyo il fallait essayer d'être discret. Un défi impossible pour Gokû qui était sûrement la réincarnation même de l'indiscretion, même quand il volait de la nourriture dans le temple, tout le monde se doutait que c'était lui "oooh un singe est passé par là" qu'on disait. Mais, s'il fallait éviter d'hurler, le chimpanzé pouvait bien faire un petit effort non ? Sinon, les nombreuses bosses qu'il avait sur la tête allait se multiplier par 100 sûrement. Ah, si seulement monsieur le harisen pouvait se déchirer en deux pour ainsi éviter de nombreuses douleurs à Gokû...Quoique, il resterait toujours le révolver, et il fallait avouer que ce n'était pas mieux, au contraire, c'était encore pire car à tout moment il risquerait de mourir.

Et, recentrant ses pensées sur le yakisoba, et l'éventuelle pêche qu'il aurait en récompense, Gokû entendit Hakkai demander si on tentait celui là. En effet, un nouveau bar se présentait à leur yeux, mais le cerveau embrumé par la nourriture qui allait bientôt venir, la seule chose que Gokû put exprimer - même si Hakkai parlait à Sanzô - ce fut un gargouillement de ventre assez bruyant, et une nouvelle beuglante, alors que son professeur lui avait dit de ne pas hurler tout court


- Aaaaaah j'aaaai faaaaaim. Y a de la nourriture dans ce bar j'espère si on y va !

Et même si le blond n'avait pas répondu oui ou non, et sûrement préparait un nouveau coup de baffeur, voire un coup de révolver, le ventre de Gokû sembla assez puissant pour contrôler le petit corps mesurant 1m62 du jeune singe, qui se dirigea aveuglement vers le bar, se disant que sûrement, peut-être, il l'espérait, il y aurait à manger, parce qu'il allait mourir de faim. Mais son ventre en décida tout autre, en réalité, et attiré par une bonne odeur, s'arrêta devant un marchand ambulant de nikuman, posé juste en face du bar, en le regardant avec de la bave coulant quasiment de sa bouche, des yeux quasiment en étoiles, l'air de dire "je veux, je veux, j'ai faim, donnez les moi, par pitié, je vous en supplie".

Gokû semblait avoir donc totalement oublié la mission n°1 : Avoir le yakisoba. Mais, dans cette situation, ses yeux étaient plus gros que son ventre, ou de taille équivalente, et ne semblait plus que voir les nikumans
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Mar 12 Jan - 20:46

Après qu’ils soient tous les trois sorties du bar, Hakkai tenta d’expliquer à Gokû que pour retrouver Gojyo il fallait essayer d’être discret. Sanzô scruta le singe et se demanda si ce mot avait un sens pour lui, peut-être croyait-il que la discrétion ça se mangeait. Heureusement le professeur qui tenait bien son rôle donna plus de détails, en expliquant au babouin qu’il fallait donc éviter de hurler en entrant dans les bars, voire même d’hurler tout court.
Gokû avait l’air d’être d’accord, presque prêt à faire des efforts.


*Je lui donne… quarante-cinq secondes*

Si Sanzô se mettait à réellement parier avec quelqu’un sur Gokû il serait très certainement le bonze, voire même l’homme le plus riche du monde. Pour cela il n’avait pas besoin d’avoir la chance d’Hakkai, il connaissait trop bien l’animal c’était tout.

*Quarante-trois, quarante-quatre, quarante-c…*

- Aaaaaah j'aaaai faaaaaim. Y a de la nourriture dans ce bar j'espère si on y va !


Hurla Gokû.

*Trop prévisible, même pas capable de me surprendre*

Un peu blasé Sanzô ne mit même pas un coup de baffeur au singe, de toute façon celui-ci ne s’en souviendrait plus dans la seconde qui suivait et recommencerait à piailler. Un abruti restait un abruti même après l’engueulade, surtout quand on avait la tête du de Gokû, habitué aux coups, habitué aux bosses, et qui ne pensait qu’avec son estomac.

- T’as vraiment la tête vide ! On vient de te dire de pas hurler.

Mais peine perdu, le babouin n’écoute déjà plus, à cause d’un marchand ambulant de nikuman. Il avait oublié l’existence de Gojyo, et même du bar d’en face, il ne voyait plus que les nikuman si appétissants qui s’étalaient devant lui, avec le regard de celui qui suppliait qu’on lui en achète le plus possible, la bave aux lèvres, les yeux brillants. Sanzô arriva derrière lui et l’attrapa pas le col dans le dos, le trainant derrière lui.

- Rêve pas, tu n’en n’auras pas, tu t’es déjà empiffré de pêches. Et pour l’instant on cherche Gojyo.

Pas que ça l’arrangeait de chercher Gojyo, mais c’était une excuse comme une autre pour pas payer de nourriture à un gouffre sans fond, qui ne le méritait pas. Et il entraina le singe jusqu’au bar se demandant pourquoi il n'était pas resté tranquillement à fumer dans son bureau.

[HRP : la petite gojyonette a dit qu'elle serait fonctionnelle la semaine prochaine normalement >o<]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Mer 13 Jan - 21:07

[HRP : Chouette ! On sera quatre comme ça ^^ On verra par MP où et comment on la retrouve.]

- Rêve pas, tu n’en n’auras pas, tu t’es déjà empiffré de pêches. Et pour l’instant on cherche Gojyo.

Hakkaï se demanda une seconde si l'intégralité des ressources terrestres suffiraient, seules, à contenter l'insatiable estomac du singe. C'en était presque problématique. En fait, mieux valait ne pas se poser la question. Quant à la discrétion, il avait bien essayé, pourtant, mais faire rentrer quelque chose dans la tête de Gokû était aussi difficile que sourire Sanzô...

*Je me demande si nous n'aurions pas mieux fait de laisser Gokû à Chôhan... Hum, non, mauvaise idée : Sanzô aurait complètement craqué. Et je ne pouvais pas chercher tout seul.*

Il écarta donc stoïquement cette pensée de son esprit et suivit les deux autres dans le bar. Cette fois, ils s'arrangèrent pour commencer leur investigation avant que le ouistiti ne fasse une nouvelle bêtise et le jeune homme s'approcha du bar. Des trois, il était encore le moins remarquable... Pas de beaucoup, certes, ne serait-ce que parce qu'il était entré en compagnie des deux autres, mais enfin !

Le barman se tourna vers lui en le toisant du genre "mais qu'est-ce que tu viens faire ici, toi ?", ce qui ne gêna pas beaucoup Hakkaï, habitué à être considéré comme plus ou moins indésirable un peu partout où il allait (Gojyô, avait toutefois fini par se faire à sa présence, maintenant, heureusement...)


- Bonjour, excusez-moi de vous déranger... Je cherche un jeune homme, plutôt grand, avec les yeux et les cheveux rouges. ça vous dit quelque chose ?

Le barman grimaça comme si le jeune professeur avait proféré une absurdité, secoua une tête bourrue et retourna à des clients plus intéressants que ce binoclard même pas fichu de consommer un verre.

Hakkaï soupira en songeant qu'il aurait cent fois préféré être en train de donner à Gokû sa leçon de kanjis en lisant un livre ou en discutant avec Sanzô, maudit intérieurement Gojyô pendant une fraction de seconde (pas tellement plus, il se faisait trop de souci pour lui...), puis se retourna et chercha ses compagnons du regard.


Dernière édition par Chô Hakkaï le Mar 19 Jan - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Jeu 14 Jan - 8:39

[HRP : BUAHAHAHAHAHAHAAH la prof de maths est pas là *petite danse* Aaah mais ça n'empêche pas que demain j'ia un contrôle d'histoire T__T Enfin, j'en profite pour répondre mes petits :D]

Ah, quelle douce odeur que celle d'un nikuman bien beau, bien vaporisé, si seulement Sanzô pouvait lui en acheter un, si seulement quelqu'un pouvait lui en offrir un. Alors sûrement il sentirait la douce peau du pain recouvrant la viande, craquer dans ses dents, et il aurait tant d'extase à mâcher conscienceusement et joyeusement l'intérieur, en souriant, très content. Et après il se trimballerait partout, la bouche remplie d'un nikuman bien chaud, bien bon, ah, quel doux plaisir qu'est de manger... Si seulement, oh oui, si seulement le blond pouvait être un peu tendre avec lui et lui offrir un pain à la viande. Gokû le remercierait tant, tellement sera sa joie, en parlant la bouche pleine il lui dirait tendrement, oh thank you sanzôunet, je te remercie de ce fabuleux présent qu'est la nourriture, enfin tu as pitié de moi, enfin tu comprends à quel point c'est dur pour moi d'avoir faim toutes les deux secondes...Aaah...

- Waaaah

Mais au lieu de lui offrir un nikuman, voilà que Sanzô le traina par le col, en lui disant bien de ne pas rêver, qu'il n'en aurait pas parce qu'il c'est déjà empiffré de pêche et que pour l'instant on cherchait Gojyo. Au revoir tendre rêve du nikuman craquant dans la bouche, au revoir au doux goût de la viande dans son gosier, retombant dans son oesophage, ah, pourquoi le "moine" ne voulait il pas lui en acheter, quelle tristesse... Enfin, Gokû avait arrêté de baver, d'avoir des yeux en étoile, et dut bien évidemment rentrer dans le bar, contre son gré, mais heureusement, la pensée d'un futur yakisoba le remit en route, en marche, en charge, et la pile électrique redevint ce qu'elle était...Une pile électrique.

Gokû avait cette particularité de ne pas remarquer quand les gens remarquaient la présence des trois, qui étaient très particuliers. Un moine blond aux yeux améthyste semblant lancer des balles tel un révolver, un petit gosse aux cheveux longs, avec un drôle de diadème doré sur le front et aux yeux dorés accompagné d'un homme tout souriant, tout gentil avec un drôle de monocle et des yeux verts, paraissant ne pas savoir les plaisirs de la vie - selon les alcooliques - qu'étaient le jeu, le saké, l'eau de vie, etc, ça se remarquait très facilement.

Le ouistiti ne remarquait ainsi pas qu'on le regardait, et préfèrait penser à son estomac, qu'au regard des gens. Car oui, ce n'était pas une grande nouvelle, mais Gokû avait faim. Très faim. Horriblement faim. Voilà quelques minutes - même pas quelques heures - qu'il avait terminé sa pêche, et s'il ne mangeait pas alors qu'il a fait de l'exercice - c'est à dire marcher - il sentait qu'il allait mourir de faim en plein milieu d'un énième bar. Ainsi, aperçevant Hakkai parler au barman, il pensa que peut-être il pourrait profiter d'un moment d'inattention de Sanzo qui sûrement devait attendre en fumant, et de son ami qui parlait avec le monsieur qui tenait le bar, pour pouvoir se nourrir un peu. Juste un peu...

S'approchant ainsi discrètement d'une table d'humains possédant un sac de nikuman acheté chez le vendeur qui l'avait fait tant bavé, il se dit qu'il serait au paradis rapidement s'il en mangeait, observant les deux qui allaient sûrement le disputer s'il faisait une quelconque bêtise, il se dépêcha de piquer un ou deux nikumans alors que ceux qui les avaient achetés ne regardaient pas. Mais, étant la maladresse quasiment réincarné - ou juste la turbulence et la connerie - le singe qui était malin comme une huitre et agile comme s'il marchait sur des oeufs, ne put pas empêcher la pichette de bière bien jaune, bien blonde, comme le solei, comme Sanzô, tomber par terre dans un fracas de verre résonnant tel une pichette se cassant, dans un "crac" et "couic couic spouik pik pik".


- Ah...

Tout le monde s'était tut, s'était retourné pour regarder le brun, coupable, et ça se voyait, des nikumans dans les mains, un air abruti sur le visage, l'air de dire "mince je viens de faire une connerie". Grand silence dans le bar. Gokû sentait la fin de sa vie approcher grandement vu que sûrement Sanzô allait le tuer. Qu'est ce qu'il pourrait faire ? Il ne pouvait pas courir, non, le blond aurait assez de temps pour lui enfoncer une balle dans la tête. Il ne pouvait même pas protéger ces bosses, des coups du baffeur du moine, car il n'aurait jamais le courage de lâcher les tendres nikumans qu'il aurait tant voulu gouter, car sûrement que bientôt ils vont bien vite disparaître, mais pas dans son estomac. S'il lâchait la nourriture, se serait un sacrilège plus grand que celui d'adorer un veau doré en face d'un type qui ramène les 10 commandements de Dieu - et non, je ne me trompe pas d'époque, je donne juste une comparaison -. Mais s'il ne se protégeait pas la tête, il sentait qu'il allait une fois de plus apprendre à voler plus loin.

Peut-être même que l'homme tout souriant répondant au nom de Hakkai qui lui avait demandé d'être discret, et qui était sûrement très inquiet pour Gojyo, allait le "disputer" un peu. Mais il n'avait pas fait exprès de faire tomber le pichet de bière. Vraiment pas... C'est l'effet papillon. Qui vole des pêches, vole des nikumans.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Jeu 14 Jan - 11:25

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger... Je cherche un jeune homme, plutôt grand, avec les yeux et les cheveux rouges. ça vous dit quelque chose ?

En plus de ne pas être aimable, le barman n’avait pas l’air d’avoir croisé Gojyo, ni même son jumeau. Ou alors il n’avait pas envie d’en parler tout simplement. Dans tous les cas le Kappa n’était pas là, et il allait falloir continuer de fouiller les bars. Sanzô en avait déjà marre, il n’en n’était qu’au deuxième. Peut-être aurait-il été plus facile d’aller butter les membres de la secte en premier, et ensuite de faire le tour de quelques caniveaux.

Bien sûr Sanzô en réfléchissant à la prochaine étape avait lâché Gokû du regard, grave erreur. Et pourtant il savait qu’il ne fallait jamais laisser le singe seul plus de six secondes, sinon les problèmes allaient s’entasser. Et qu’après, non seulement ils allaient devoir chercher Gojyo mais en plus régler toutes les conneries que le babouin aura semées sur le chemin.

Et en parlant de connerie, le fracas d’une Pichette de bières tombant sur le sol retentit dans tout le bar. Le silence s’installa tandis que tous les gens, même les plus alcoolisé, avaient tournés leur regard vers Gokû, qui tenait entre ses mains des nikumans, qu’il venait de voler de toute évidence. Son air d’abruti collé sur le visage énerva encore plus Sanzô qu’il ne l’aurait été si au moins le singe avait eut un air d’intelligence.

Une aura noire entoura le bonze, tandis que son regard tout aussi menaçant fusillait Gokû. Sa voix résonna comme une menace terrible, et fit même frissonner plusieurs des soulards.


- Je vais te butter débile d’abruti de singe !

A peine avait-il dit ça qu’il vidait son flingue sur le pauvre singe qui n’allait vraiment pas s’en sortir vivant si ça continuait. Bien sûr il ne le touchait pas vraiment, il visait à côté, au bord, résistant à la tentation d’en coller une entre les deux yeux de Gokû. Mais rien que de tirer le détendait un minimum et lui évitait de réellement butter le ouistiti. Les balles firent des impacts sur le mur du fond, frôlant également des gens assis plus loin.

- On t’a demandé d’être discret et toi tu te mets à voler de la nourriture, t’es vraiment impossible. La prochaine fois je te rate pas, crois moi.

Puis pour montrer qu’il ne rigolait pas dans son discours il donna un bon coup d’Harisen sur la tête de Gokû.
Enfin il sortit une cigarette de son paquet et l’alluma.


- Je crois qu’on n’avancera pas comme ça, y faudrait trouver un endroit vraiment pervers où Gojyo pourrait se perdre. Si on le retrouve pas bientôt je vraiment avoir des envies de meurtres.

En fait, Sanzô avait déjà des envies de meurtres là, alors que se passerait-il si ses envies empiraient ? Il y a des choses qu’il est préférable d’ignorer parfois.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Jeu 14 Jan - 14:12

Hakkaï eut juste le temps de voir la bêtise que Gokû allait commettre et, comme il ne pouvait pas l'empêcher, de détourner les yeux au moment où le verre éclata sur le sol. Il sentit l'aura de Sanzô virer au noir d'encre, envahir la pièce au point de faire taire toute l'assistance. Le cri de colère du bonze fit trembler tout le bar.

- Je vais te butter débile d’abruti de singe !

Sur le coup, Hakkaï se demanda si Sanzô n'allait pas vraiment flinguer le singe aussi sec, blesser quelqu'un ou quelque chose du genre. Heureusement, celui-ci se contenta de vider son chargeur n'importe comment, mais sans autre effet que d'abîmer l'un des murs. Bien entendu,le jeune homme aux yeux verts s'assura sans toutefois bouger de sa place que la colère du bonze n'avait fait aucune victime.


*Un jour, il touchera quelqu'un à force de tirer n'importe comment.*

- On t’a demandé d’être discret et toi tu te mets à voler de la nourriture, t’es vraiment impossible. La prochaine fois je te rate pas, crois moi.

Que Gokû fût impossible, Hakkaï était tout à fait d'accord. Que Sanzô passât ses nerfs en vidant son chargeur n'importe comment, il l'était moins, mais ça, ça ne regardait que le bonze, somme toute. Il avait assez d'un seul élève caractériel (et encore, il était déjà difficile à gérer...)

Un coup de harisen et un allumage de clope plus tard, c'est-à-dire bien avant que la malheureuse populace du bar ne comprennent ce qui leur arrivait, Sanzô reprit :


- Je crois qu’on n’avancera pas comme ça, y faudrait trouver un endroit vraiment pervers où Gojyo pourrait se perdre. Si on le retrouve pas bientôt je vraiment avoir des envies de meurtres.

- Haï. approuva le jeune homme en hochant la tête.

Hakkaï soupçonna Sanzô d'avoir déjà des envies de meurtres et songea que Gojyo allait payer très cher sa petite escapade et que Gokû aurait probablement très mal au crâne en rentrant à Chôhan. Pour sa part, les clashs avec Sanzô étaient très rares, eût égard au tempérament pour le moins colérique du bonze, mais il savait qu'il n'était pas à l'abri d'une réflexion méchante. Ce qui, somme toute, était un bien moindre mal.

Au demeurant, Hakkaï approuvait intérieurement le choix de Sanzô alors qu'ils sortaient du bar en traînant le singe pour éviter qu'il ne retourne se scotcher au marchand de nikuman et s'enfonçaient dans le quartier le moins recommandable de la ville. Il l'approuvait, mais il l'appréhendait également. Parce que les cabarets et les maisons closes, ça allait être autrement plus sportif que les bars, même mal fréquentés. Et pour être sincère avec lui-même, il ne se voyait pas du tout, mais alors pas du tout aborder le patron d'un bordel comme il avait abordé le patron du bar. Et ce serait même pire, si le patron se révélait être une patronne.


*Je sens que ça va aller de pire en pire... J'espère que Gojyo va bien*

Entretemps, ils étaient arrivés dans une rue tout à fait comme ils en cherchaient, à savoir un long alignement de bordels et de cabarets. Le genre d'endroit où un enfant, un moine et un jeune homme sage n'avaient rien, mais absolument rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Jeu 14 Jan - 16:30

[Hs : J'ai bu trop de whisky coca et de vodka, hipaaa ! *pan*. Ahem.]

Malheur soit ce maudit pichet qui était tombé. Malheur soit la malchance et la pauvre maladresse de Gokû qui savait ce qui allait lui arrivé en voyant l'aura trop noir de Sanzô. Mais, cela le paralysait, ou alors, s'il bougeait, il sentait qu'une balle allait réellement le toucher et lui faire vraiment mal. Le ouistiti n'avait peur de rien. On lui montrait des morts, il avait tellement l'habitude d'en voir qu'il exprimait juste du dégout. On lui emmenait des serpents et des animaux morts ou vivant, il était capable de dire "on le mange ?". On l'enfermait dans le noir, qu'il cherchait à manger. On le posait sous l'orage, qu'il pensait aux éclairs au chocolat, à la vanille ou au café. Non, réellement, Gokû n'avait peur de rien. D'absolument rien. Sauf de ça. De ce blond aux yeux améthystes, au regard capable de vous fusiller dans la seconde qui suit. Quand Sanzô était en colère, le gentil chimpanzé chapardant les nikumans et faisant tomber les pichets de bière, était très effrayé. Très très effrayé. Sûrement pour ça que ses cheveux étaient toujours dressés sur sa tête tels des piques de hérisson.

- Je vais te butter débile d’abruti de singe !

Avait hurlé la voix très en colère du moine qui allait sûrement vraiment se tenir à ses paroles. En quelques instants, un nombre innombrable de "pan" se fit rapide tout autour de lui, sans, seulement, jamais le toucher. Même si la plupart du temps c'était de justesse. S'il avait bougé ne serait ce qu'une seule fraction de seconde, il se serait prit une balle quelque part tant Sanzô tirait vite. Rester immobile, paralysé, faire la statue. Gokû ne bougeait pas, et heureusement pour lui. Le ouistiti eut pitié des pauvres clients tout autour de lui qui sûrement devait être effrayé - encore plus que s'ils regardaient un film d'horreur - en regardant la scène qui se passait devant leur yeux. Enfin, la morale arriva quand les balles s'arrètèrent. Le blond annonça au singe qu'on lui avait demandé d'être discret, et que lui, il volait de la nourriture, qu'il était vraiment impossible et que la prochaine fois, il ne le raterait pas. Aie. Enfin, le singe sentait que la prochaine fois qu'il voudra voler de la nourriture, il fera attention à ce qu'il n'y ait rien autour, pour éviter de se faire tuer par une balle dans la tête.

Et alors que Gokû était soulagé de ne s'être prit aucune balle entre deux yeux, il sentit une immense douleur à la tête qui lui fit bien mal. Car il était évident qu'après les coups de pistolet, il restait le coup de baffeur qui cette fois fut plus puissant que d'habitude, bien que le ouistiti tant habitué à se prendre des coups l'avait à peine remarqué. Si une vieille mamie ou une maman poule était passé par là et avait vu le pauvre petit singe se faire battre, elle aurait poussé une gueulante et aurait rapidement appelé les enfants battus qui auraient appeler la SPA. Si ces deux organisations existaient à Togenkyô bien sûr. Enfin, il n'y avait ni mamie ni maman, juste un singe qui se tenait la tête en se la frottant très douloureusement, sentant ses autres bosses, et puis qui se fit trainer hors du bar, et loin du gentil vendeur de nikuman, dont il ne put jamais gouter les nikuman car il les avait perdu en chemin...Paix à leur âme.

Apparemment les trois allaient dans un endroit vraiment pervers. Même si Gokû appelait Gojyo, "kappa pervers" qu'est ce que ça signifiait au final, un endroit pervers ? Un endroit avec pleins de dragueurs qui ne pensaient qu'à draguer et boire et jouer au poker ou au mah-jong ? Le singe qui finalement marchait en se disant qu'il avait faim - comme d'habitude - finit par se retrouver avec les deux autres, dans un endroit tout à fait étrange et bizarre, et étrange et trop bizarre. Je me répète, mais c'est exactement ce que Gokû pensait


*Wouaaah cet endroit est étrange et bizarre, et trop étrange et bizarre !*

C'était pleins de filles drôlements habillés, de mecs qui avaient l'air de baver sur elles comme Gokû bavant sur la nourriture, et de drôles de magasins bizarre aux noms bizarres et qui au final...Donnait envie de manger. Mais, dans un genre d'endroit aussi bizarre qu'étrange - ce qui était pareil -, le ouistiti était sûr d'une chose, il n'y avait ni vendeur de nikumans, ni même de vendeurs de quoique ce soit qui puisse être comestible. Il n'y avait absolument pas de vendeur ambulant. Ah, quel malheur. Tant, que son ventre qui pourrait faire comédien plus tard, émit un gargouillement capable de rivaliser avec le bruit de l'aspirateur de ma mère le matin.

- Aaaaaaah j'aaaiiii troooop faaaaaaaaaim T.T

Ce n'était vraiment pas le moment pour avoir faim. Ou plutôt ce n'était vraiment pas l'endroit. Mais sûrement que même si Gokû le voulait, son estomac était incontrôlable, et c'était impossible de l'empêcher d'exprimer ce que son ventre voulait dire. Sûrement parce que le singe ne savait pas rester silencieux, trop hyperactif pour cela. Le pire, c'est qu'il avait totalement oublié, une nouvelle fois, les éventuels coup de baffeur ou de flingue que Sanzô allait sûrement lui donné. Comme d'habitude quoi.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Jeu 14 Jan - 21:07

Sanzô avec une impression évidente depuis qu’il connaissait Gokû, c’était de faire des gestes complètement et totalement inutiles. Il pouvait avoir l’air effrayant et plus que méchant, cela ne changerait jamais le singe, et s’en était parfois vraiment désespérant. Pas étonnant que ses paquets de cigarettes se vident beaucoup plus vite qu’avant. Pourtant l’idiot de babouin avait eut peur après s’être fait tiré dessus, on pourrait penser qu’il aurait retenu la leçon, qu’il se serait tenu tranquille, qu’il aurait arrêté de piailler.
Et ben non.
Alors qu’Hakkai, le bonze et Gokû trainaient dans un quartier TRES peu recommandable, le singe se mit à crier une fois de plus qu’il avait faim. Encore.


*J’aurais dut le laisser pourrir dans sa cellule*

Mais il y avait une chose de certains, c’est que s’il l’avait fait, sa vie aurait été moins animés. C’est sûr que ça aurait été bien en fait, un vrai rêve, on ne se rend pas compte de la chance qu’on a d’avoir une vie tranquille – ou presque – que quand on l’a perdu.
Pourtant si Sanzô ne se débarrassait tout simplement pas de Gokû c’était sûrement parce qu’au final, ça ne le dérangeait peut-être pas tant que ça. Même chose pour Hakkai et Gojyo.
Mais le moine aurait préféré être torturé plutôt que de l’avouer.
Quelques coups de baffeur et une maison close plus loin, Sanzô se dit que le meilleur moyen de savoir si le Kappa pervers était passé par là c’était d’aller y jeter un œil. Il entra donc. Puis sans prendre aucune pincette, il interrogea la femme qui gérait tout ça.


- Dites vous auriez pas vu un ahuri à tête d’abruti et des antennes sur la tête, cheveux rouges, yeux rouges ?

La femme le regarda, puis voyant les autres qui suivaient derrière dut s’imaginer que c’était le moment de vendre sa marchandise.

- Non jamais rencontré, par contre votre costume est très sympa, ça ça plairait aux filles, ça vous dit pas d’essayer. Et vous aussi jeune homme, venez, venez !

Sanzô fronça les sourcils, la femme attrapa son bras ainsi que celui d’Hakkai et les entraina plus loin, laissant Gokû sur le seuil pour l’instant, sûrement à cause de sa bouille de gamin.

- Dites, je ne suis pas là pour ça j’aimerais que…
- Oui oui bien sûr, plus tard, pour l’instant prenez du plaisir.


Le bonze soupira, il n’aimait pas cette situation, il aurait voulu pouvoir butter cette femme, mais quand même, il avait quelques limites. Dans quoi est-ce qu’il s’était embarqué franchement…

*J’aurais du rester à Chôhan… je le savais…*
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Jeu 14 Jan - 23:50

Hakkaï se dit que Sanzô aurait mieux fait de commencer par un cabaret que par une maison close, mais il s'interdit tout commentaire, s'assurant du coin de l'oeil que Gokû suivait sans faire de bêtise. Il comptait sur l'autorité naturelle et irascible de Sanzô pour leur servir de couverture. Ce en quoi il n'avait pas tord, car lorsque le remarquable trio pénétra dans un bordel au hasard et que le bonze demanda à la maquerelle :

- Dites vous auriez pas vu un ahuri à tête d’abruti et des antennes sur la tête, cheveux rouges, yeux rouges ?

il obtint (bien que le jeune homme doutât que l'on identifia Gojyo sous une description aussi, hum, subjective) une réponse autrement plus claire que celle que Hakkaï avait tirée du barman, à savoir :

- Non jamais rencontré, par contre votre costume est très sympa, ça ça plairait aux filles, ça vous dit pas d’essayer ? Et vous aussi jeune homme, venez, venez !

Hakkaï rougit et plissa les yeux, on ne peut plus mal à l'aise lorsque la tenancière du bordel l'entraîna un peu plus loin avec Sanzô, laissant Gokû tout seul (ce qui ne présageait rien, mais alors vraiment rien de bon.)
Le bonze tenta d'arrêter la maquerelle, en vain.


- Dites, je ne suis pas là pour ça j’aimerais que…
- Oui oui bien sûr, plus tard, pour l’instant prenez du plaisir.


Le jeune professeur sentit qu'il serait difficile à Sanzô de réagir de sa manière la plus naturelle, à savoir sortir son flingue et tirer n'importe où, pourvu que ça le calme et si possible les autres avec. Mais Hakkaï possédait, lui, une arme dont le bonze était totalement dépourvu : une politesse irréprochable, combinée avec une attitude gênée et, il faut bien l'avouer, le physique qui allait avec (quoique le joli minois, Sanzô l'avait aussi, mais ne s'en servait pas à bon escient, voire pas du tout)

Bref, avant que tout ce bordel, dans tous les sens du terme, ne tourne à la catastrophe, et surtout, surtout avant de quitter le ouistiti des yeux, Hakkaï composa son sourire le plus charmant, celui auquel personne, pas même Sanzô et Gojyo, ne résistaient très très longtemps. Un sourire vraiment charmant, mais pas charmeur du tout. Surtout dans un lieu pareil.


- Je suis sincèrement désolé, madame, mais s'il arrivait malheur à notre ami, je ne pourrais sans doute jamais me le pardonner.


Il se dégagea doucement du bras de la maquerelle éberluée, posa la main sur l'épaule de Sanzô pour empêcher que la femme n'embarque le bonze sans qu'il puisse intervenir et poursuivit d'un ton serein, mais décidé :

-Vraiment, ce sera sans doute pour une autre fois, mais il nous est impossible de nous attarder pour l'instant. Vous m'en voyez navré, ajouta-t-il en entraînant peu à peu Sanzô vers la sortie. Au revoir !

Il acheva sa tirade en attrapant Gokû par le col de son vêtement et ils parvinrent à s'extraire du bordel et à retrouver la rue, non sans s'éloigner de l'établissement où ils étaient entrés (d'ici à ce que la maquerelle ressorte...) sans trop de mal.


- Aaah, soupira-t-il une fois en relative sécurité, ça s'annonce encore plus difficile que prévu !
- Vous avez des difficultés, mon prince ?
demanda une voix de stentor dans leur dos. Nous pouvons peut-être vous en délester ?

La voix appartenait au chef d'une bande d'une douzaine de voyous visiblement déterminés à emprunter, pour une durée indéterminée, tout ce que le bonze, le singe et le professeur possédaient de valeur.


*Ah, voilà qui va défouler un peu Sanzô et Gokû... Et moi aussi, s'ils m'en laissent un peu.*
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Ven 15 Jan - 8:16

A répèter toujours qu'il avait faim, il était bien évident que Gokû se prenne encore des coups de baffeur. Mais à force, c'est comme si c'était inutile, même si le singe se frottait toujours là tête en faisant des petits "aie aie aie". Non pas qu'il était masochiste - enfin, presque - non il avait juste l'habitude de la douleur du baffeur qui chaque fois lui enlevait un peu plus de neurones de son cerveau - encore faut-il qu'il en est un -. Enfin, il suivit tout de même le groupe qui rentra dans une drôle de maison avec encore un drôle de nom bizarre. Ca sonnait comme un restaurant, mais ce n'en était pas un, parce que sinon il y aurait le menu affiché dehors ! Et puis, ça ne sentait absolument pas la nourriture, non, il y avait une odeur bizarre, où Gokû reconnaissait l'alcool, la cigarette, et il ne savait quoi d'autre. Et mieux valait ne pas savoir ce que c'était. Mais, peut-être que ça se mangeait ?

Il laissa Sanzô parler à une drôle de dame habillé tout aussi drôlement. Il lui faisait une description très rapprochée de Gojyo, c'était exactement son portrait craché. Même si nous le savons tous, on ne décrit pas quelqu'un en disant qu'il a une tête d'abruti. La madame bizarre, répondit que non elle n'avait jamais rencontré le kappa. Ah, il n'était pas là. Bon maintenant on va manger...Même si sûrement ça n'allait pas être le cas tout de suite. Penser au yakisoba, juste le yakisoba...Et peut-être un petit peu de nikuman...? Enfin, la madame parla du costume de Sanzo, que ça plairait aux filles, et embarqua Hakkai, laissant Gokû seul sur le palier. Comme un petit toutou qui devait attendre sagement ses maîtres. Sauf que Gokû avait peut-être le caractère joueur et goinfre des toutous, mais n'en restait pas moins vraiment, vraiment pas sage, et très désobéissant. Ainsi, pendant que Hakkai et Sanzô négociait avec la drôle de dadame qui les avait embarqué, le singe chercha des yeux quelque chose à manger, mais tout ce qu'il trouva, c'était des drôles de filles qui montrait leur poitrine en faisant des drôles de bruit autour d'un homme paraissant charmé, et d'autres gens du même genre. De quoi choqué un pauvre gosse. Mais avant que tout cela put choqué le pauvre Gokû qui n'avait rien, mais alors vraiment absolument rien à faire dans une maison close, Hakkai l'embarqua hors de cet endroit.

Gokû qui n'avait pas de cerveau, qui avait le Q.I d'une huitre, la mémoire d'un poisson rouge, et tout ce qu'il ne fallait pas pour retenir autre chose que le nom de ses amis et de la bouffe, n'avait pas compris qu'est ce que c'était cet endroit. Si le kappa fréquentait ce genre de chose, alors peut-être qu'il pourrait lui donner quelques explications. Ou pas. Hakkai poussa un soupir, en annonçant que ça s'annonçait plus difficile que prévu. Et juste après, une voix lui demanda s'il avait des difficultés et si on pouvait l'en délester. Tout en l'appelant mon prince.


*Délester ? C'est à manger ? Prince ? Pourquoi prince ? C'est pas une marque de gâteau ?*

L'estomac de Gokû criait famine. Et comme il se retourna pour voir qui était ses gens qui avaient forcément parler de nourriture - selon lui -, il vu une bandes de mec qui ne rassure jamais personne. Des espèces de voyous tout pas beau tout moche, qui sûrement devait prendre Gokû pour un gosse abruti - ce qu'il était, mais avec plus de puissance -, Hakkai pour un bon samaritain, et Sanzô pour un moine faible et gentil. Ah, les malheureux. L'habit ne fait pas le moine. La preuve.

Enfin, dans un petit sourire paraissant déjà victorieux, l'air de dire "ahaha je vous ait déjà battu !", Gokû s'avança vers eux. Certes, il avait faim. Et cela allait le décourager pour se battre. Mais, dans sa boucle infinie quotidienne, il y avait toujours, toujours, de la place pour jouer. Et pour Sanzô bien évidemment.


- Héhé.

Fit victorieusement avant de l'être, le jeune singe tout content de pouvoir bastonner. Et en un fraction de seconde, avant même que l'un des voyous ne puissent dire "pourquoi il fait héhé ?" il commença à les frapper tel un petit singe de combat. Sautant partout, utilisant les pieds, les poings. Oubliant qu'il avait faim. Oubliant le yakisoba. Oubliant le kanji de la pêche. Oubliant que Gojyo avait disparu. Oubliant les bars et le pichet de bière. Oubliant même le vendeur de nikuman. Oubliant tout autant les dadames qui montraient leur poitrine. Et frappait, tout joyeusement. Offrir une carotte à un âne. Offrir un yakisoba ou de la baston à Gokû...
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Ven 15 Jan - 23:52

Rien à dire, Hakkai savait sauver la situation et Sanzô devait bien le reconnaître. En même temps si on lui enlevait son côté « moralisateur », le bonze n’aurait pas grand-chose à lui reprocher. Il était le plus calme de la bande, celui qui savait se faire oublier, et qui réglait toujours le bordel que Gojyo, Gokû et occasionnellement le faux moine avaient semé. Comme par exemple maintenant, grâce à Hakkai, la maquerelle les avait laissés tranquille, et ils avaient pu éviter le pire en retournant vers le singe et en sortant de cet endroit de pervers.

Et alors qu’ils avaient tous les trois un minuscule instant de tranquillité, ce qui était rare quand on se trimballait Gokû, voilà que des petits voyous ridicules venaient les importuner. Sanzô était déjà bien assez énervé par cette journée plus que merdique, et ce menu fretin OSAIT se pointer et proposer bien gentiment de les cambrioler.

Enfin au moins ça occuperait le babouin. Parce qu’il n’attendit pas de recevoir d’ordres, ni rien, il fonça dans le tas et commença à se battre avec cette troupe de racailles. Pff, si au moins ça avait été des Yokais, le combat aurait pu être intéressant, mais là en moins de deux ils allaient en avoir finis…

Oh et puis après tout, ça le détendrait peut-être. Du coup Sanzô ne tarda pas à rejoindre Gokû dans son combat, assommant ici et là mocheté en tout genre, vieux poilus, ou jeune ridicule. Tous y passèrent en moins de temps qu’il en fallait pour dire « sale con de ouistiti ». Trop facile quoi et puis trop court.


*Mince, déjà finis*

Du coup, Sanzô attrapa un des types par les cheveux et releva sa tête, lui colla des baffes pour le réveiller et le regarda droit dans les yeux :

- Dis t’aurais pas entendu parler d’une secte de Yokais toi ? Ou alors remarqué un mec à tête de blatte perverses aux yeux et cheveux rouges dans le coin ?

Puisque même les maisons closes ne donnaient rien –oui bon c’est vrai ils n’en avaient visité qu’une mais ce début de combat avait donné envie à Sanzô d’aller massacrer du Yokais – autant aller chercher directement à la secte. Seulement le voyou ne répondit rien et se contenta de cracher ses dents avant de retomber dans les pommes.

*Je crois qu’on y est allé trop fort*

Et voilà, ils allaient devoir retourner dans un endroit de pervers tout ça parce que cette bande de gredins était plus que faible et s’évanouissait pour un rien. Et puis bon peut-être que de toute façon ils n’avaient pas entendu parler de cette secte.

- Bon Hakkai, tu choisis le prochain lieu, j’en ai marre.


Et pour montrer qu’effectivement tout ça le saoulait de plus en plus, il alla se poser dans un coin et fumer, attendant de savoir où ils allaient les trois atterrir dans les prochaines minutes, ou alors que Gojyo tombe du ciel…
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Sam 16 Jan - 1:29

Hakkaï aurait préféré ne pas se battre du tout pour laisser Gokû s'amuser et Sanzô se défouler, mais les gens avaient une fâcheuse tendance à croire que, parce que le jeune homme aux yeux verts avait l'air doux et faible, il était doux et faible, ce qui bien entendu relevait de l'erreur la plus grave. Bref, bien qu'il n'eût pas spécialement envie de faire du mal à qui que ce soit, quelques-uns des voyous tentèrent de l'attaquer. En conséquence de quoi, il se vit contraint de se défendre et donc de mettre ses adversaires hors de combat. Deux coudes, une épaule et un genoux brisés plus tard, il avait donc la paix. En fait, il ne restait plus qu'eux trois debout.

Apparemment, Sanzô avait décidé de passer à la stratégie, puisqu'il souleva l'une de ses victimes par les cheveux pour tenter, en vain, de l'interroger. Le type retomba dans les pommes avant d'avoir eu le temps d'articuler quelque chose de plus clair que "aaargth".


- Bon Hakkai, tu choisis le prochain lieu, j’en ai marre.

L'avantage avec Sanzô, c'est que quant il en avait marre, ça se voyait clairement : il s'asseyait, soupirait et s'allumait une cigarette. A charge pour les autres de réfléchir à une solution pour se sortir de l'impasse. En l'occurrence, et puisqu'on ne pouvait pas demander à Gokû de réfléchir à autre chose qu'au prochain repas ou à un jeu pas trop compliqué, c'est au jeune homme aux yeux verts que revenait cette tâche.
Mais Hakkaï, lui, n'avait pas complètement massacré ceux qui l'avaient attaqués, et il en restait un qui ne s'était pas évanoui de douleur.


- Excusez-moi, commença le jeune homme (ce qui était un peu ironique vu qu'il venait de lui casser la figure et le bras...) mais nous cherchons une secte de Yokais et un type avec les cheveux rouges. ça vous dit quelque chose ?

Le gars le regardait avec un grand œil effaré (l'autre était fermé par un cocard de compétition) comme s'il craignait que Hakkaï ne le frappe à nouveau, et finit par articuler :

- Essayez le cabaret de Sakura... Celui qui est au bout de la rue, à la lisière de la forêt... J'en sais pas plus... Pitié...
- Merci beaucoup !


Hakkaï sourit gentiment à Sanzô, qui finissait de passer ses nerfs sur sa cigarette.


- Au point où on en est, celui-ci vaudra bien un autre. On y va ?
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Sam 16 Jan - 13:35

Le problème avec les humains, c'est qu'ils étaient facilement battables. Un petit coup bien placé et bien fort, et les voilà tous à terre. Ah, mais c'est nul, il faut qu'ils soient plus résistants, ce n'est plus rigolo sinon ! Pourquoi est ce que les humains étaient si faibles, franchement ? Alors, le pauvre petit singe, tout déçu que ça soit déjà terminé, poussa un petit soupir de tristesse. Oh, quel dommage, il en voulait encore lui, aller encore frapper, et frapper, et jouer en fait, surtout. Ainsi, il regarda Sanzô soulever un des mecs qu'il avait frappé, pour lui demander où était Gojyo, en faisant toujours cette description si bien faites, selon Gokû bien évidemment. Le moine avait aussi demandé pour la sekete, euh, la secte des yokais. Enfin bref, comme l'autre ne put que cracher un peu de sang, et ne rien répondre, ils ne purent pas avoir de réponse qui puisse les aider pour quoi que ce soit.

C'est pour ça, que le blond en eut certainement marre de tout ça, tout comme le ventre de Gokû qui gargouillait depuis tout à l'heure, sans arrêt, sans pouvoir s'arrêter tant il avait besoin d'être nourri et qui avait marre de ne pas être nourri. Bientôt, il allait mourir de faim si on ne le nourrissait pas ! Enfin, Hakkai sembla être plus efficace que Sanzô, vu que lui, il réussi à avoir quelques informations sur l’endroit ou pouvait se trouver Gojyo. Mais Hakkai était doué dans ce domaine là.
Même Gokû se faisait avoir, le singe finissait toujours par céder. Le sourire de son très cher professeur était magique, redoutable et invincible. Comme quoi, parfois, vaut mieux la parole que les poings, car un simple sourire peut vous faire dire tout ce que l’autre veut. C’est ça d’avoir du charme et de savoir s’en servir.

Et donc, ils n’étaient plus pressés et le cabaret Sakura pouvait attendre ! Car sûrement qu’avec un nom pareil, il n’y allait avoir que des fleurs, rien d’autre. Pas le moindre petit morceau de nourriture. Alors, profitant de Hakkai qui demanda si on y allait, le singe sauta littéralement sur l’occasion et se mit à hurler, beugler, et à faire un concert avec les gargouillements de son ventre…


- On peut pas faire une pause ? J’ai super méga giga trop méga faim ! Telleeemeeent faim !

Voilà trois kanjis, deux bars, une maison close et une baston qu’il n’avait pas mangé. Bien sûr, en réalité, pour un humain normal, ou un yokai, ce n’est pas grand-chose, et il n’a toujours pas faim, mais pour Gokû c’était comme s’il n’avait pas mangé depuis un siècle ou deux, déjà. Alors, peut-être qu’il allait sûrement se prendre un énième coup de baffeur, ou un nouveau coup de révolver, mais s’il ne mangeait pas, il sentait que son heure allait bientôt venir – même si c’était évidemment faux. -

- Je n’ai plus la force d’aller jusqu’à la où le mec il a dit, et je suis sûr que dans un cabaret y a pas à manger, alors je veux manger !

Sa voix braillant et toujours aussi chiante que d’habitude, allait sûrement énerver Sanzô qui devait rêver de tranquillité, de paix, de monde sans un crétin de singe hurlant 24 heures sur 24 qu’il avait faim. Mais voilà, quand on a faim, on ne peux pas s’empêcher d’avoir faim, et le fait qu’ils aient enfin un indice allait peut-être permettre au jeune singe de faire enfin une pause pour manger, même s’il oubliait, où ignorait, que dans un endroit pareil, avec des maisons closes et des cabarets de partout, ils allaient avoir du mal à trouver à manger pas loin. Mais il avait faim. Et il ne voulait plus qu’on le traine par le col sans lui donner quelque chose pour remplir un minimum son estomac.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Sam 16 Jan - 16:45

Fumant dans son coin, il admit qu’Hakkai était décidément bien plus doué que lui pour interroger des victimes, si bien qu’un des types cracha l’endroit où devait se trouver Gojyo. C’est là-dessus que Gokû se mit à faire son caprice, se plaignant d’une faim atroce, comme s’il allait mourir là tout de suite.

- T’as tenu 500 ans sans manger con de singe, t’attendras bien encore cinq minutes.

Mais apparemment non, monsieur ne voulait pas attendre.


- Je n’ai plus la force d’aller jusqu’à la où le mec il a dit, et je suis sûr que dans un cabaret y a pas à manger, alors je veux manger !

Sanzô lui aurait bien mit un coup de baffeur, mais la situation le fatiguait vraiment trop, donc il resta assit encore quelques secondes tirant sur sa cigarette et essayant de réfléchir à tout ça.

*Bon il semblerait que Gojyo se trouve au cabaret Sakura et que le con de singe ne voudra pas faire un pas de plus si on ne le nourrit pas… Mais si on s’arrête dans un restaurant, Gokû va s’empiffrer pendant une heure et d’ici là le kappa aura le temps de se barrer… Pff…*

Il finit par se lever, écraser son mégot par terre, puis regarda les voyous. Il s’approcha, se baissa vers eux et commença à fouiller leurs poches. Voilà que le moine se transformait en voleur, mais voler des voleurs devaient être pardonnable. Il finit par trouver quelques trucs à bouffer dans un des sacs. Sûrement des réserves pour ses voyous.

*Bof, ils ont plus de dents pour la plupart, alors ils pourront plus manger ça*

Il jeta le sac dans les bras de Gokû.

- Tiens mange ça et je veux plus t’entendre.

Ce n’était pas franchement génial de céder aux caprices du singe, mais valait parfois mieux ça que l’entendre gueuler et Sanzô venait de dépasser le stade « je me contente des coups de baffeur ».

- Bien maintenant on peut aller dans ce cabaret. Y a intérêt que Gojyo y soit, sinon quand je le retrouve je le supprime.

Ca lui apprendra à disparaître comme ça, à inquiéter Hakkai pour rien, et à forcer Sanzô de le retrouver alors qu’il se fichait de la vie de cet idiot pervers de Kappa.
Gokû avait au moins cette chance là, vu qu’il ne pensait qu’à manger, rien ne semblait vraiment compter, le monde autour de lui gravitait sans qu’il en ait conscience. Tant qu’il avait de la nourriture et des Yokais pour jouer, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Tandis que tout ce qui entourait Sanzô semblait être là pour l’énerver…
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Sam 16 Jan - 18:57

Hakkaï fut très, mais vraiment très étonné de voir Sanzô, d'une part céder à un caprice de Gokû (d'habitude, c'était son rôle à lui, ça !) et d'autre part fouiller leurs assaillants, ce genre de réflexe "de pauvre" qu'il avait souvent réprouvé et méprisé chez Gojyo. Il se demanda si le bonze n'était pas très, très proche d'un état de craquage tellement grave qu'il serait capable de vraiment tuer le singe ou le kappa, ou dans un état d'emmerdement tel qu'il n'agissait plus que pour avoir la paix.

Quoi qu'il en soit et comme toujours, à part le suppléer dans la direction des opérations et dans la surveillance dont le ouistiti devait perpétuellement faire l'objet, Hakkaï ne pouvait pas faire grand chose pour lui. Surtout que Sanzô était souvent comme ça.

En attendant, Gokû avait cessé de brailler qu'il avait faim, et Sanzô finit sa clope.


- Bien maintenant on peut aller dans ce cabaret. Y a intérêt que Gojyo y soit, sinon quand je le retrouve je le supprime.
- Hai, haï
approuva calmement Hakkaï tout en espérant que Sanzô serait bien inspiré de ne pas supprimer Gojyo de fait...
Après tout, le type qu'ils avaient interrogé n'avait pas précisé si, dans le cabaret Sakura, ils étaient sensés trouver le kappa ou la secte de Yokais passablement idiots qui s'étaient entrés dans le crâne de s'en prendre, ces idiots, aux gens comme Gojyo et comme lui. Parce qu'après tout, il était aussi sur la liste noire de cette bande de timbrés. Et, s'ils étaient vraiment très très cons, Gokû y était peut-être aussi.

Quoi qu'il en soit, ils reprirent leur petite pérégrination et trouvèrent assez facilement le cabaret Sakura. Avant d'entrer, Hakkaï se tourna vers Gokû.

- Bon, Gokû, écoute-moi bien. On va rentrer là-dedans et ce n'est pas un lieu pour toi alors, tant que nous y serons, tu ne cries pas, tu ne tentes pas de voler de la nourriture à qui que ce soit, sinon je ne me donnerai pas la peine de cuisiner pour toi ce soir, tu ne renverses rien, tu ne dis rien, tu restes près de Sanzô et tu ne tapes que si on en vient à une vraie bagarre. Compris ?

Il n'avait pas trop d'illusions sur l'effet de son petit discours, mais on pouvait toujours espérer que ça ferait tenir Gokû en place, mettons, une courte minute.

[HRP : Hum, il a intérêt à se dépêcher, maintenant, Gojyo ^^ Des nouvelles, Sanzô ?]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Sam 16 Jan - 22:17

Gokû qui avait faim - ce qui ne changeait pas de d'habitude en vérité -, observa Sanzô s'approcher du corps des pauvres humains tant tabassés par les trois, qui s'étaient au final bien défoulés et bien amusés.
Le singe se jura que quand il retrouverait Gojyo, il le traiterait de tous les noms, pour la simple et bonne raison que cet imbécile avait disparu, et qu'à cause de ça, Gokû mangeait trop peu. Bon, certes, d'habitude il avait 7 repas par jour ce qui aurait dut être largement suffisant, mais, n'oublions pas de préciser, qu'entre ces 7 repas, il y avait toujours quelques collations, par ci, par là, parce qu'il avait encore faim, que ça ne changeait de toute manière rien à d'habitude.

Enfin bref, Sanzô sembla fouiller les humains, et Gokû se demanda pourquoi. Qu'est ce que le blond pouvait bien faire ? C'était étrange, mais le singe hésita à lui demander. Et voilà que celui ci lui tendit un sac de nourriture. Plein de nourriture. A manger. De quoi remplir un peu l'estomac de Gokû donc. Et c’est ainsi que tout content, le ouistiti prit l’offrande qu’on lui tendait. Comme un présent à un dieu que l’on offrait à un simple mortel. Avec des petits yeux en étoiles et la bave coulant à moitié de la bouffe. Il était tout heureux, de pouvoir enfin se régaler, et tout en suivant les deux autres, sans avoir écouté leur paroles, il mangeait joyeusement ce qu’il y avait dans le sac appartenant anciennement aux humains.

Alors qu’ils marchèrent, ils arrivèrent forcément à la lisière, là où se trouvait le cabaret cité par un des humains dont il avait le sac à présent. Sakura. Fleur de cerisier. Peut-être qu’il y avait des cerises à manger ? Cool ! Gokû adorait les cerises ! Enfin non, il adorait tout ce qui ce mangeait et même ce qui ne se mangeait pas, comme par exemple, le soleil. Sauf qu’il était un peu dur à manger, vu qu’avant il fallait l’attraper – même si en vérité, le singe l’avait tout près de lui -.

Hakkai finit par se tourner vers le singe avant que celui-ci ne rentre dans le cabaret, lui disant que ce n’était pas un endroit pour lui. Et donc qu’il ne fallait pas qu’il crie, qu’il n’essaie pas de voler la nourriture, et que sinon, il ne lui ferait pas à manger ce soir. Et les plats de Hakkai étaient aussi bons que si on allait à un restaurant. Alors il allait être sage, ou alors, le plus sage possible, car il ne serait pas non plus une image, parce que le singe restait un hyperactif qui a toujours besoin de bouger, de gueuler, et surtout de manger.

Aussi, ils finirent par rentrer dans le cabaret. Bien sûr il y avait déjà un spectacle et tout le monde était admiratif de voir des femmes danser en levant bien les jambes, histoire de bien voir leur sous-vêtements. Gokû ne remarqua pas ça en premier. La première chose qu’il vu, ce fut bel et bien…Le comptoir avec les bouteilles, avec à manger quoi logiquement. Et s’il y avait bien une chose qui lui faisait tout oublier, c’était manger, jouer et Sanzô. En bref, les trois parties de la boucle infernale et quotidienne du singe qui ne changerait décidemment jamais.

Oubliant la recommandation d’Hakkai et le délicieux repas qu’il aurait put avoir, oubliant qu’il fallait rester près de Sanzô, ne pas le quitter d’une manche. Oubliant qu’il ne fallait pas crier, ni voler la nourriture, oubliant tout, aveuglé par la possibilité qu’il y ait de la nourriture. Après tout, il avait déjà terminé tout ce qu’il y avait dans le sac, vu le goinfre qu’il était, cela n’étonnerait personne, bien évidemment. Ne faisant plus attention ni à Sanzô, ni à Hakkai, et n’ayant plus du tout en mémoire le fait qu’il y avait la sekete ou Gojyo dans ce cabaret, il s’avança, poussant les rares personnes sur son chemin, se perdant dans les ténèbres du spectacle, et des gens, et arriva au comptoir, bavant à moitié.

Mais voilà, quand on est un ouistiti, on ignore que dans un comptoir de bar, il n’y a le plus souvent que de l’alcool, ou en tout cas, quelque chose de liquide. Enfin, cela n’empêcha pas Gokû d’atteindre le comptoir, en bavant en disant des petits : « j’ai faim, j’ai faim, j’ai faim », soudain oh miracle de dieu, voilà qu’une carotte – allez savoir ce qu’elle faisait là – fit son apparition sur le sol. Oh, pauvre petite carotte, tu t’es perdue ? Tu veux que je te montre le chemin ? Allez viens, je vais te manger. Enfin bref, c’est ce que pensait en clair le chimpanzé, et il s’avança vers cette carotte. Et voilà que surgis juste derrière elle, un nikuman ! Puis un tas d’autres aliments divers, formant à eux seuls, un chemin menant allez savoir où.


- Trop bien !


Et c’est avec joie, bonheur, et oubli des paroles d’Hakkai, que Gokû suivait le chemin tel le petit poucet ou Hansel et Gretel, à la recherche de la maison en pain d’épice, qui serait surement super bonne. Soudain, alors qu’il arrive au dernier aliment, une banane, ironique, pour un singe, alors qu’il se penche pour la prendre, un bout de tomate, de brocoli, de nikuman d’un peu de tout dans la bouche, voilà qu’on le prend par derrière – à ne pas prendre dans le sens gojyotesque - qu’on l’attrape alors qu’il pousse un petit : « ukyaaah » tel le uke qu’il est, et qu’on lui ferme la bouche en lui mettant un bonne pomme bien fraiche et bien rouge dans la bouche, baaah, tant qu’il mange tant mieux pour lui. Ne se défendant même pas, se laissant attacher par des espèces de tarés masqués et avec des longues oreilles pointues. Des yokais quoi.

Au final, une sekete, ça se mangeait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Dim 17 Jan - 13:53

- Bon, Gokû, écoute-moi bien. On va rentrer là-dedans et ce n'est pas un lieu pour toi alors, tant que nous y serons, tu ne cries pas, tu ne tentes pas de voler de la nourriture à qui que ce soit, sinon je ne me donnerai pas la peine de cuisiner pour toi ce soir, tu ne renverses rien, tu ne dis rien, tu restes près de Sanzô et tu ne tapes que si on en vient à une vraie bagarre. Compris ?

Sanzô était sûr et certain que Gokû y mettrait de la volonté au moins pendant une minute, juste parce qu’il appréciait Hakkai et qu’il voulait lui montrer qu’il était un élève bien obéissant. Mais il était également persuadé que le singe aurait vite oublié ce qu’on attendait de lui, sûrement guidé par son estomac, ou simplement que sa stupide cervelle de babouin ne retiendrait pas longtemps autant de choses.
Pourtant ce n’était pas si compliqué de rester à côté de lui non ? Oh bien sûr être près du faux moine c’était le risque de se faire tirer dessus ou de se recevoir un coup de baffeur dans le meilleur des cas, pourtant malgré cela Gokû savait rester près de Sanzô.
Il savait, sauf quand bien sûr il le fallait vraiment.

Le faux moine, Hakkai et le singe étaient donc entrés dans le cabaret. Immédiatement le bonze fit un tour de salle du regard, et n’aperçut pas de Gojyo, pourtant l’enfant tabou était du genre reconnaissable de loin, fallait pas le chercher bien longtemps pour l’apercevoir quand il était dans une pièce, sauf que là il ne semblait pas être là.
Les veines du front de Sanzô se gonflèrent, voilà qu’il en avait assez, cette fois-ci s’était trop, après tout le Kappa pervers n’avait qu’à se sortir tout seul de ses problèmes, ça ne le regardait pas. Et puis si Hakkai s’inquiétait vraiment il n’avait qu’à continuer à le chercher tout seul, il s’en fichait bien.
Donc décidé à abandonner toutes les recherches, il commença à faire demi-tour, cherchant le singe pour le sortir de cet endroit et le ramener avec lui à Chohân. Sauf que Gokû n’était plus là.


*Ce crétin…*

Sur le coup Sanzô cru qu’il était simplement quelque part entrain de faire des bêtises dans le cabaret, sauf qu’après un rapide tour de salle du regard il ne vit aucun singe nul part. Le faux moine d’après son intuition su que ce n’était pas simplement normal.
Que le singe ne reste pas près de Sanzô pour aller faire une connerie quelconque c’était possible, mais jamais il ne se serait éloigné au point qu’on ne le retrouve pas surtout qu’Hakkai avait quand même essayé de lui donner des recommandations, et n’étant pas le maître de la discrétion il n’était sûrement pas entrain de se cacher.
Qu’est ce que le prof lui avait dit sur la secte déjà ? Qu’elle s’en prenait aux enfants tabous où à ceux qui ne sont pas né Yokais… Bon aucune raison de s’inquiéter alors. Ouais enfin sauf que Gokû ressemblait plus à un babouin abandonné qu’à un Yokai quand on y pensait. Peut-être s’était-il fait embarqué par une secte anti-ouistiti.

Et le singe était bien assez grand pour se défendre tout seul et surtout ne pas se faire embarquer si facilement… Quoi que. Contre de la bouffe il suivrait le premier inconnu…


*Putain, pourquoi je me prends la tête, il doit juste être entrain de faire une connerie quelque part*

Sauf qu’en général son instinct le trompait rarement. Il savait qu’il venait d’arriver un truc à Gokû et il était bien décidé à aller récupérer ses droits sur le singe.

- Gokû a disparu

Furent ses paroles pour prévenir Hakkai qu’un truc n’allait pas. Que Gojyo disparaisse passe encore, mais le babouin ce n’était pas permit.

- Ta secte là, elle en aurait pas contre les singes par hasard ?

[HRP : je sais pas où elle en est t_t j'espère qu'elle sera bientôt parmis nous]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Dim 17 Jan - 16:31

Au premier regard, Gojyo n'était pas dans la salle principale du cabaret. C'était ennuyeux, mais vu le nombre de salons privés qu'il semblait y avoir derrière, ce n'était pas non plus un échec critique comme ceux qu'ils avaient essuyés jusque là. Toutefois, le jeune homme aux yeux verts se sentait très mal à l'aise.

*Il y a quelque chose de profondément malsain, ici. Je ne sais pas ce que c'est, mais...*

- Gokû a disparu

Hakkaï se figea en entendant ces mots sortir de la bouche de Sanzô, et son degré d'inquiétude passa du simple au triple en une fraction de seconde. Gojyo, même dans les situations critiques, était capable du minimum de réflexion nécessaire pour s'en sortir... Gokû, c'était un autre problème, autrement plus grave. Parce qu'avec de quoi manger et à moins de vouloir du mal à l'un de ses amis sous ses yeux, on pouvait faire à peu près n'importe quoi du ouistiti.


- Ta secte là, elle en aurait pas contre les singes par hasard ?
- Je ne pense pas,
répondit le jeune homme en réfléchissant à toute allure à ce qui avait pu se passer, mais je n'en sais pas plus que ce que je t'ai dit, à savoir qu'ils s'en prennent aux enfants tabous et aux Yokais qui ne sont pas nés Yokais... Rien entendu à propos des aberrations, mais ce n'est pas improbable.

Instinctivement, Hakkaï s'était rapproché de Sanzô. La disparition de Gokû l'avait rendu très nerveux, et l'aura malsaine qu'empestait ce maudit cabaret lui faisait craindre le pire. Il jeta un regard circulaire au sol, essayant de repérer un vague indice sur où et dans quelles circonstances aurait pu disparaître le singe. Contre toute attente, il aperçut près du comptoir...

*Des feuilles de carotte ?!*

Il attrapa doucement l'épaule de Sanzô et lui indiqua sa découverte d'un léger mouvement de tête. Tant que faire se pouvait, il préférait éviter d'attirer l'attention -même si un bonze dans un cabaret attirait forcément l'attention- ou au moins de laisser connaître leurs intentions à qui que ce soit.
Bref, ils s'approchèrent avec une discrétion toute relative du comptoir, comme s'ils allaient commander des boissons, mais Hakkaï gardait un œil attentif sur le sol en espérant trouver d'autres indices. Et de fait, dérobée derrière le comptoir, il y avait une petite porte. Il fit signe à Sanzô en attendant son approbation. Parce qu'aller à cette porte et la franchir pouvait impliquer de gros, gros ennuis en perspective.



[HRP : Hum, on va bientôt avoir besoin de lui pourtant... Surtout s'il est enfermé avec le singe ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Dim 17 Jan - 18:00

Quand on est attaché, une pomme à la bouche, c’est compliqué de manger ce fruit, parce que pour manger ce genre d’aliment, il faut au moins une main pour tenir le fruit rouge, pendant qu’on mâche un morceau de celui-ci. Mais, Gokû, goinfre comme il était, tenta vainement de la manger quand même, sans la gober et avoir très mal à l’œsophage. Sauf que vu tout ce qu’il avait déjà dans la bouche, c’était très dur. Poussant ainsi des petits cris bizarres, ressemblant à « aaagh » « gu » « goo » « gui », il ne parvint donc pas à avaler cette maudite pomme, et essaya donc de se détacher, en tirant très fort avec ses mains, mais non, il était toujours autant ligoter. Alors, à grand regret, il lâcha la pomme, avala ce qu’il devait déjà avaler, et se mit à beugler, tel le singe bruyant qu’il était :

- Aaaaah lâchez moi ! Je veux manger la pomme ! Je veux manger la pomme ! JE VEUX MANGER LA POMME ! J’AI FAIM !

Les sectaires se demandaient au final, s’ils avaient bien fait de prendre le pauvre ouistiti qui avait envie d’être nourri, et qui ne pouvait plus. Sûrement qu’ils croyaient qu’il était facile à apprivoiser, mais à s’occuper, il n’y avait sûrement que Sanzô et Hakkai pour réussir ce genre de mission difficile. D’abord, le dompter, c’est facile, faut lui donner à manger. Ensuite, après quand on l’a apprivoisé, il faut le calmer, parce que sinon il hurle à pleine dents, comme en ce moment, qu’il à faim, très faim, qu’il veut sa pomme. Dans ce cas, le moine avait la super méga giga technique du baffeur ou du flingue, et Hakkaï celle du super sourire tout charmeur, ou de la menace de ne pas lui faire un bon repas. C’était efficace pour toutes les techniques, rapide, simple, et le singe était ainsi calmer.

Mais là, les sectaires ne pouvaient rien faire. Parce qu’ils n’avaient plus à manger, juste cette pomme que Gokû ne pouvait pas manger. Mais ils ne pouvaient pas le détacher, sinon le singe allait les frapper de tous les côtés. Ils ne pouvaient pas non plus le laisser continuer de beugler à tue-tête qu’il avait faim. Il fallait faire quelque chose et vite. Alors, ils le frappèrent, essayèrent de l’assommer, et le ouistiti qui ne pouvait pas se défendre, malgré qu’il était habitué aux coups eut très mal à la tête, mais ayant la tête dur, ne s’évanouit pas. Non, au contraire, il beuglait encore plus fort.


- J’aaai faaaim ! Lâchez-moi, j’ai super faaaim ! Trooop faaim ! Sanzooo ! J’ai faaaim !

L’un des sectaires qui gardait l’endroit, revint affolé, annonçait que le blond et le mec aux lunettes arrivaient. Ils allaient donc trouver Gokû, le reprendre avec eux, et sûrement finir par les tuer. Donc, ils trainèrent la chaise où le singe était attaché, et l’emmenèrent dans un endroit tout sombre, où on y voyait rien, et discutèrent entre eux, parce qu’un autre « futur sacrifice » hurlait de la même manière que le ouistiti mais pour pas la même chose, et que si ça continuait, tout le cabaret allait être prévenu.

Les pauvres petits débiles de sectaires regrettaient leurs enlèvements. Pourquoi fallait-il que les gens tabous ou juste pas né yokais soient aussi chiants à gérer ? Courant partout, comme si une bête s’était échappée dans un zoo, affolés, ils n’écoutaient même plus les plaintes du singe qui continuait de beugler sans cesse :


- Aaah j’ai faim, je veux maanger ! Donnez-moi à manger ! Je veux jouer aussi ! Détachez moi que je vous tape ! Sanzo ! Sanzo ! Si t’es là, laisse en moi ! Hakkai toi aussi ! Je veux jouer ! Aaaah et puis j’ai trop faim ! Vous êtes sûrs que vous ne voulez pas me détachez pour me donner des nikumans ? Hein ? Et puis aussi, y fait trop noir, j’y vois rien, et j’aaaaiiiiiii faaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaim.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Lun 18 Jan - 11:52

Hakkai avait trouvé des indices – indices qui ressemblaient fortement à des feuilles de carottes.
Ce crétin de singe qui ne réfléchissait jamais par lui-même et qui était capable de tomber dans un piège aussi idiot que se faire appâter par de la nourriture. Sanzô allait faire une extermination de cette secte si jamais s’était bien eux, et Gokû avait intérêt ensuite de le supplier à plat ventre sur le sol qu’il ne mette pas fin à ses jours.

Bref derrière le comptoir se trouvait une petite porte dérobée.


*Des kidnappeurs pas très malin non plus*

Il ouvrit la porte, fermée à clé bien sûr.

*Evidemment*

Sanzô sans penser aux conséquences sortit son arme et tira dans les gonds et la serrure. Niveau discrétion s’était foutu, mais il n’avait franchement pas envie de réfléchir pendant une demi-heure pour ouvrir une simple porte. Dans le cabaret tout le monde les regardait et certaines personnes ne semblaient pas être tout à fait humaines.
Des Yokais essayèrent d’attaquer le moine et le prof, mais sans jamais avoir le temps de s’approcher puisque Sanzô leur avait déjà tirer dessus.


- Trop lent.

Bref, lui et Hakkai n’avaient pas le temps de s’occuper de ces Yokais là, du coup il ouvrit la porte et entra dans la pièce. Oh bien sûr ils étaient poursuivit par des ennemis, mais ça n’avait pas trop d’importance. En tout cas pas pour Sanzô, puisqu’il venait d’entendre quelqu’un qui hurlait son nom entre deux « j’ai faim ».
Dans une colère plus que noir, le faux moine réussit à trouver la force de gueuler plus fort que Gokû :


- La ferme crétin de singe !

Des Yokais sortirent alors d’une cachette – ou plutôt d’un endroit sombre – et se préparèrent à attaquer.
Intéressant, des ennemis devant, des ennemis derrières, et un babouin ligoté quelque part.


- C’est vraiment une très mauvaise journée.

Et se mettant en position d’attaque avec Hakkai –parce qu’ils n’avaient pas le choix- il commença à tirer sur les cibles mouvantes, vilaines et velues.

- Poussez-vous de mon chemin, je suis pas d’humeur…
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Lun 18 Jan - 16:06

Sanzô ne s'encombrait pas d'autant de scrupules que Hakkaï : il alla à la porte, tenta de l'ouvrir et finit par tirer un bon coup dans la serrure pour régler son problème. Bon, okay, donc pour la discrétion, on s'en foutait définitivement. Et tant qu'il y était, le bonze flingua sans plus de cérémonie quelques Yokais qui tentaient d'intervenir.

- Trop lent.

Hakkaï sourit. Vu comme les choses se profilaient, le bonze aurait de quoi se défouler. Ils entrèrent dans la pièce et entendirent immédiatement un discours assez incohérent mais tellement ponctué de "j'ai faim" que même sans se donner la peine de reconnaître la voix, c'était forcément Gokû.

*S'il a faim, c'est qu'il va bien*

Là où c'était plus étonnant, c'est quand Sanzô déclencha son réflexe le plus naturel et gueula encore plus fort :

- La ferme crétin de singe !

En attendant, le jeune homme aux yeux verts et le bonze colérique étaient encerclés par les Yokais de la salle principale d'un côté et les Yokais sortis d'un coin sombre de l'autre. A priori et sauf grossière erreur de calcul, le singe se trouvait plutôt du côté sombre.

- C’est vraiment une très mauvaise journée.
- Tout à fait d'accord avec toi,
répondit Hakkaï en se plaçant en position d'attaque dans le dos de Sanzô.

*Il n'empêche, ils sont beaucoup plus nombreux que nous, et cet endroit ne joue pas en notre faveur. Enfin ! ça ira mieux quand nous aurons récupéré Gokû.*

- Poussez-vous de mon chemin, je suis pas d’humeur…

Hakkaï aurait été à la place des Yokais et à moins d'avoir une excellente raison (comme par exemple l'obliger à aller chercher Gojyo) il se serait ôté du chemin de Sanzô, mais leurs adversaires, soit avaient un tempérament passablement suicidaire, soit avaient commis la tragique erreur d'estimation qui voulait qu'un bonze et un type à l'air gentil ne soient pas de redoutables combattants. Bref, ils se jetèrent sur eux et alors que Sanzô les abattait directement à coup de pistolet, Hakkaï se contentait pour la plupart de leur briser un membre ou deux avec des techniques martiales tellement basiques qu'il se demandait comment il était possible de prétendre attaquer quelqu'un sans savoir y répondre. Mais enfin, ça fonctionnait, et il n'allait pas s'en plaindre.

Progressivement, ils se rapprochaient de l'endroit sombre d'où ils avaient entendu la voix de Gokû. Sans cesser de se battre, Hakkaï appela :


- Gokû ! Tu vas bien ?

Parce que lorsque l'on est comme Hakkaï, la première chose que l'on fait, c'est s'inquiéter pour les autres.



[HRP : Toujours pas de nouvelles de Gojyo ? Faut qu'on fasse durer la baston ?]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   Mar 19 Jan - 9:26

[HJ : Baston ! Baston :D.]

Gokû beuglait. Bon d'accord ça ne changeait pas à grand chose. Il avait faim, il voulait manger sa pomme. Et aussi, il voulait bastonner ou alors voir Sanzô. Et Hakkai. Soudain, alors qu'il criait tel le singe qu'il était, voilà qu'il entend une voix, qui le fit sourire, rayonner de joie et de bonheur, sans penser que sa mort allait bientôt venir vu comment il avait été appater stupidement. Enfin, la voix de Sanzô semblait le rendre tout content, et lui donnait bel et bien envie de se libérer encore plus vite, ainsi, gigotant de partout, remuant tel un asticot qu'il n'était pas censé être, l'hyperactif voulait bouger, et frapper. Son Sanzô lui avait dit la ferme crétin de singe, et cela ne l'empêchait pas de beugler, l'air tout heureux.

- Sanzô ! Sanzô ! J'ai super trop faim ! En plus je veux bastonneeer !

Tout content que ses amis soient là, il espérait que ceux ci le libère pour qu'il tape un peu les yokais histoire de bien rigoler. Il entendit des coups de feu et des hurlements, apparemment le moine et le professeur étaient entrain de faire une petite bataille de yokai entre eux, laissant seul le pauvre Gokû qui voulait frapper pour rigoler. Il voulait s'amuser et manger la pomme qui trainait par terre un peu plus loin. Mais tout ce qu'il pouvait faire pour l'instant, c'était gigoter en essayant de ne plus être ligoter, ce qui tout compte fait était quasiment impossible, pourtant, il y mettait vraiment toute sa force, frappant de tous les bords la chaise qui le retenait. Mais rien. Pas moyen de se défaire de ses liens, pas moyen de pouvoir manger ou jouer. Et pas moyen de voir Sanzô et Hakkaï. Quelle tristesse, franchement.

Alors qu'il entendait encore quelques hurlements, qui se rapprochaient, Gokû entendit la voix de son professeur qui l'appelait, donnant à nouveau un grand coup dans la chaise, il se remit à beugler comme le petit singe surexcité qu'il était.


- Nooon j'ai supeeeeeeeeeeeeer faaaim ! Et je veux joueer moi aussi ! Laissez moi en, laissez moi en !

En bref, tout allait parfaitement dans le meilleur des mondes, il n'était pas mort, ni blessé, ni rien. Il avait juste faim. Il avait juste envie de jouer. Il avait juste envie de voir Sanzô aussi. Et puis, il voulait juste reprendre sa boucle de la routine interminable. En plus, Gokû était persuadé que l'heure à laquelle il prenait l'un de ses nombreux repas de la journée, allait bientôt arrivé. Alors, s'il ne le prenait pas, il serait tout malheureux. Même si on lui avait donné une sacré collation il y a quelques instants. Mais quand on est Gokû et qu'on possède une mémoire de poisson rouge, on ne prend pas en compte ce genre de détails.

Soudain, il vit des crétins de Yokai s'approcher de lui, déjà ils avaient des costumes bizarres, ensuite il avaient des têtes d'idiots, et en plus ils semblaient moitié effrayé, moitié heureux. Ce qui donnait fort envie à Gokû de les frapper, bougeant ainsi les pieds en leur direction, voilà qu'il lui mette un joli bandeau blanc dans la bouche et qu'il font un noeud très réussi pour l'empêcher de parler. S'ils étaient heureux, sûrement était ce parce qu'il avait trouvé le moyen de faire taire le singe, sans se douter que c'était inutile, vu que Sanzô et Hakkai étaient très intelligents et très malins et que sûrement ils allaient retrouver le ouistiti sans problèmes. En plus, ça ne servait pas à grand chose, vu qu'il hurlait quand même, même si ça donnait plus des "mpfpmfpmfpmfpfmp" en bref : "aah j'ai faim ! enlevez moi ça comment je vais manger avec ça moi ? J'aaaaiii faaaim, Sanzo !".

Agitant encore les pieds, tentant de taper les débiles de yokai, il ne parvint à rien. A part à hurler inutilement, et à tenter de manger le bandeau pour pouvoir crier pour de vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Où est donc passé Gojyo ? [Avec Hakkaiounet et Sanzounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une année de plus passée avec vous 8)
» [Quête]Un bond dans le passé
» J'ai passé un excellent week-end ! Merci à tous c'était génial !
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saiyuki RPG :: The Tea Time... :: Vieux RPs-